Haïti : Un projet de loi pour réprimer les droits des LGBT, « responsables des intempéries »

Haïti : Un projet de loi pour réprimer les droits des LGBT, « responsables des intempéries »

Le très controversé sénateur haïtien Carl Murat Cantave, qui considère les LGBT comme des dépravés « responsables » de toutes les misères du monde, envisage de déposer un projet de loi pour « bannir toute activité publique faisant la promotion de l’homosexualité », rapporte Le ricochet. Il est prêt à « se battre jusqu’à la dernière cartouche » pour que ses enfants n'y soient pas confrontés et le pays corrompu.

Il avait déjà déclaré la semaine dernière, lors d’une émission à la radio Magik 9 de Port-au-Prince, que les homosexuels pourraient bien être à l'origine de certaines catastrophes naturelles, dont l'ouragan Matthew qui a déferlé le mois dernier sur le sud d'Haïti, tuant selon les derniers chiffres 546 personnes. Il « refuse » s'en tenir aux explications scientifiques et « n'en démord pas » : « Quand le feu a calciné Sodome et Gomorrhe (dans la Genèse), c’était à cause de la sodomisation. »

Interpellé sur la teneur de ses propos, relayés par Le Nouvelliste, il souligne ses convictions religieuses et cite encore plusieurs passages de la Bible pour « étayer son hypothèse », convaincu d'avoir à se justifier « d’abord et avant tout » en tant que chrétien.

« Il faut empêcher la dépravation de la jeunesse. Il faut empêcher l’abomination dans ce pays », affirme-t-il, se réjouissant par ailleurs de la déprogrammation du « Festival des films et des arts LGBT afro-caribéeens », Massimadi, qui devait se tenir à la fin septembre dans la capitale. L'événement a été annulé en raison de graves menaces dirigées contre les organisateurs.

« Ces activités doivent être prohibées sur tout le territoire national. On ne va pas accepter ça. Et je ne suis pas le seul », poursuit-il « avec force et conviction ».

charlot-jeudyUn discours dommageable de la part d'un sénateur, qui utilise sa fonction « pour détourner l’attention des gens sur les vrais problèmes en Haïti », regrette Charlot Jeudy, président de la fondation LGBT Kouraj.

« Malheureusement, on a une bonne partie de la population qui est analphabète et frappée par l’ignorance... Mais on doit continuer à militer pour notre dignité et les libertés individuelles... On est déterminés et très engagés pour l’inclusion. Nous devons dire non à ces barbaries », insiste-t-il, déplorant la crainte qui a investi la communauté depuis l’annulation de Massimadi.

À titre d’ex-coordinatrice du Festival à Montréal, la Canado-Haïtienne Patricia M. Jean, ancienne directrice de l’organisme « Arc-en-ciel d’Afrique », s'avoue consternée « qu'il utilise la religion pour encourager la haine. Je trouve ça très embarrassant », et dénonce une stratégie populiste d'un sénateur en quête de votes.

Elle estime qu’il faut toutefois saisir l'occasion pour poursuivre le dialogue, puisque le débat est « au grand jour » et que l'intolérance semble sévir, en poussant célébrités et personnalités publiques, ainsi que toutes les bonnes consciences « au sens critique développé », « à se positionner face à ça », conclut-elle.

Carl Murat Cantave a récemment agressé un de ses collègues sénateurs, Steven Benoît, pour sa position notamment sur la question de la dépénalisation de l’homosexualité dans le pays. Il avait prétendu avoir été frappé le premier. Le président du Sénat lui a ordonné de présenter des excuses formelles à l’Assemblée.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org