« Travelo » : la dernière « pitrerie transphobe » de Florent Peyre sur TF1

« Travelo » : la dernière « pitrerie transphobe » de Florent Peyre sur TF1

Présentée par Arthur ce vendredi, « La Grande soirée des parodies » mettait une dizaine de « stars de l’humour » à l’honneur, dans des sketchs caricaturant d’autres célèbres émissions ou clips, dont celui évidemment de « Rise Like a Phoenix » de Conchita Wurst, remixé en mode « Color Gitano » de Kendji Girac pour devenir « Travelo » :

« Y’a deux cerises sur le gâteau », « Une femme avec un cadeau », « Je suis une femme qui le vaut bien, j’ai la gaule du matin », « Profession camionneur, mais je ressemble à ta sœur », « Je fais de la danse et du rugby, je reste debout pour faire pipi »…

L’association CIGaLes a immédiatement dénoncé la « transphobie puante et nauséabonde » de la chaîne et de l’humoriste, qui « dépasse tous les niveaux », rappelant que « des personnes trans meurent, rouées de coups, après avoir entendue cette insulte. Vous êtes la honte de ce pays TF1 : vous mettez en danger des dizaines de milliers de personnes transgenres ! »

« Ce sont les personnes trans qui sont concernées »

« Avec des seins et un zizi ? C’est l’humoriste qui soulève la question des personnes transgenres dans leur globalité. Il place tout le monde dans les mêmes revendications. C’est malsain », explique Alexandre Marcel, président de l’association IDAHO (Journée Mondiale contre les LGBTphobies).

[spacer]

frameborder= »0″ allowfullscreen= »allowfullscreen »>

[spacer]

[spacer]

« C’est d’une extrême violence. Un amalgame de stéréotypes. Ce sont des clichés qui font mal. Une stigmatisation permanente.
Nous ne sommes pas sur une question d’orientation sexuelle mais de genre. Les travestis n’aspirent pas particulièrement à une opération. Ils sont plus dans le déguisement que dans l’affirmation. Ce sont d’ailleurs souvent des hétérosexuels. Encore une fois, les Trans sont attaqués sur leur droit de conscience. Ils sont tellement minoritaires, déjà tellement décimés partout dans le monde… on ne sait pas qui ils sont, leur quotidien… mais on s’autorise à faire des chansons pour les caricaturer. Travelo, c’est la version péjorative…

Rien que l’année dernière, plusieurs centaines de personnes trans ont été assassinées au Brésil ou au Mexique. Ce n’est pas rien tout de même ? On ne peut pas faire de l’humour. Chez les trans opérés ou pas, tout le monde a été choqué ! Ce genre de choses alimente cette haine. Certains ont trouvé ça drôle, mais ce sont les personnes trans qui sont concernées. Là, on est dans la vulgarité, dans la méchanceté, et de la pure transphobie. Quand on dit travelo, on agresse les personnes trans. Comme quand on dit négro, youpin etc. L’humour a-t-il le droit de faire du mal à une minorité au prétexte de faire rire la majorité ? On est ici bien loin de Charlie Hebdo. Il y a une différence entre religion, une conviction, et la liberté de conscience. Si ta conscience te dit que tu es une femme, tu es une femme. La religion, c’est un choix. »

Pour Giovanna de Acceptess-T, « cette parodie est extrêmement lamentable : c’est ce genre de truc qui incite à la transphobie. »

STOP HOMOPHOBIE