Rugby : Keegan Hirst, pilier au sein du club Batley, fait son coming-out

Rugby : Keegan Hirst, pilier au sein du club Batley, fait son coming-out

>> Keegan Hirst becomes the first openly gay rugby league player

[spacer]

C’est au journal The Sunday Mirror, que le sportif de 27 ans a accordé une interview pour évoquer son homosexualité. Divorcé et père de deux enfants, pilier au sein du club Batley, Keegan Hirst devient ainsi le premier joueur anglais pro en activité à être ouvertement gay.

« J’ai finalement dit à ma femme que j’étais gay il y a quelques semaines. Elle se repprochait notre séparation mais je savais qu’elle n’avait rien fait de mal. Je ne pouvais pas supporter cela plus longtemps, la culpabilité dans son ensemble, qu’elle ne sache pas pourquoi j’étais parti. Cela me rongeait », a-t-il ainsi confié.

« Je suis allée la voir et je lui ai demandé si on pouvait parler. Mon estomac se tordait. Nous nous sommes assis à la table de la cuisine et j’ai dit : ‘Il y a quelque chose dont j’ai besoin de te parler’. Je n’arrivais pas à faire sortir les mots, j’avais l’impression que j’allais devenir malade. Mais j’ai réussi à le dire. Au début elle n’a rien dit. J’ai expliqué pourquoi et comment je me sentais, c’était très émotionnel. Nous étions tous les deux en larmes », a-t-il ajouté dans son récit. Son épouse n’avait aucune idée et n’a pas posé beaucoup de questions. Quant à leurs enfants âgés de 7 et 2 ans, ils ont préféré simplement dire qu’ils étaient séparés sans aller plus loin pour le moment. « Je ne suis pas certain de savoir comment leur expliquer », a déclaré Keegan.

[spacer]

[spacer]

Keegan Hirst a ensuite raconté comment il a pris conscience de son homosexualité et le chemin mené pour l’accepter et le dire. « J’ai eu des petites-amies qui allaient et venaient, mais aux alentours de 15 ans, j’ai commencé à être également attiré par les garçons. J’avais alors des sentiments confus, mais c’est quelque chose que je mettais de côté. Ce n’était pas la chose la plus facile à admettre », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Au début je ne pouvais même pas dire ‘je suis gay’ dans ma tête. (…) J’avais une femme et des enfants. J’ai été dans le bâtiment, portier, je travaillais dans des usines – je joue au rugby. Je cochais toutes les cases macho. Comment pourrais-je être gay ? Je viens de Batley nom de Dieu. Personne n’est gay à Batley. Le seul moment où je me sentais libre de tout ce tourment c’était quand j’entrais sur le terrain de rugby. Maintenant, je me sens libre », a-t-il conclu.

Thomas Montet

>> ‘I’m comfortable in my own skin, probably for the first time ever’

Keegan Hirst became the first openly gay rugby league player this weekend after an open and emotional interview.

Keegan, who’s a prop with the Batley Bulldogs, told The Sunday Mirror: « At first I couldn’t even say ‘I’m gay’ in my head, let alone out loud.

« Now I feel like I’m letting out a long breath that I’ve held in for a long time. »

Keegan explained the conflict he felt about coming out, and how it seemed so strange to someone who fit the ‘macho’ stereotype: « I had a wife and kids. I’ve been a builder, doorman, worked in factories – I play rugby. I tick every macho box. How could I be gay? I’m from Batley for goodness sake. No one is gay in Batley. »

Keegan explained that he’d had girlfriends on and off, but when he was 15 years-old he started feeling attracted to guys too.

During some of his most difficult times, Keegan contemplated taking his own life: « On the worst days I’d think, ‘I can’t do this, I’d rather be dead than for it all to come out. I never got as far as actually tying a noose or having tablets in my hand. But I thought how I would do it, where I would do it, when I would do it.

« Thankfully I have friends and family I love and was able to talk myself out of it. »

But then it all changed, Keegan explained: « One day, a few months ago, I just thought, ‘You know what? Actually, this is who I am. I’m gay. I felt I could finally be honest with myself. »

Keegan came out to his wife after he realised she blamed herself for their marriage break-up. She « didn’t ask a lot of questions, » when he spoke to her, « but she was supportive ».

Reassuringly, he has a great network of support, on and off the field: « The support from my team-mates and other rugby league players has really surprised me, it’s all been positive. These are tough blokes. We go out on the field together and it’s 26 blokes knocking seven shades out of each other.

« But on the other side of it, you go through blood, sweat and tears together – and they’ve been there for me when I needed them most. »

2 Comments

Comments are closed.