Prévention VIH : Aides lance la première campagne nationale d’information sur la Prep, « encore trop peu connue » (VIDEOS)

Entre 5.000 et 10.000 bénéficiaires en France, quasi-exclusivement des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Lorsqu’il est bien suivi, le traitement offre une protection contre le VIH similaire à celle du préservatif, rappelle Aides, qui dévoile cette semaine, « Prep 4 Love », la première campagne nationale d'information sur la prophylaxie pré-exposition, une révolution dans la prévention du VIH, encore trop peu connue.

La Prep s’adresse aux personnes qui n’ont pas le VIH et consiste à prendre un médicament afin d’éviter de se faire contaminer. Ce principe de prévention n’est pas spécifique au VIH, mais comme tout médicament, elle doit être prescrite par le médecin et nécessite un suivi. Plusieurs recherches ont prouvé son efficacité, en prise continue et à la demande. Quand le médicament est bien pris selon le schéma indiqué, le risque de contamination est infime. D'où sa recommandation par de nombreuses instances nationales et internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS).

Mais il ne faut pas confondre la Prep avec le traitement post-exposition (TPE), qui se dit aussi « traitement d’urgence » et doit être pris au plus tard dans les 48 heures après un risque de transmission, puis tous les jours pendant un mois.
La Prep est en outre différente du TasP, « treatment as prevention », traitements donnés aux personnes vivant avec le VIH. Comme le précise Aides, « lorsqu’une personne dépistée séropositive prend correctement son traitement, la quantité de virus dans son corps devient extrêmement faible, on parle de "charge virale indétectable" ».

Actuellement, le seul médicament utilisé pour la Prep associe deux antirétroviraux contre le VIH : l’emtricitabine et le ténofovir disoproxil, commercialisé sous la marque Truvada®. Mais il existe désormais en versions génériques et les recherches se poursuivent afin d’identifier de nouvelles molécules ainsi que d’autres modes d’administration.

Il est important de rappeler que la Prep, tout comme le TPE, ne protège que du VIH, mais pas des autres infections sexuellement transmissibles (IST), comme la gonorrhée, les condylomes (liés au papillomavirus), la chlamydia, les hépatites A/B/C ou encore la syphilis.

Prep 4 Love, inspirée d’une précédente campagne de la Chicago AIDS Foundation, sera diffusée tout l’été en affichage dans les grandes villes de France, mais aussi sur le web et les réseaux sociaux. Les visuels et vidéos, en noir et blanc, ont été réalisés par l’agence Yul Studio, avec la participation des militants de Aides et proches.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.