Présidentielle 2017 : Jean-Luc Mélenchon, pro PMA pour toutes mais « radicalement opposé  » à la GPA

Présidentielle 2017 : Jean-Luc Mélenchon, pro PMA pour toutes mais « radicalement opposé  » à la GPA

Dans un entretien sur « Famille Chrétienne  », particulièrement « orienté » puisque « le fossé bioéthique » qui le sépare des fidèles de l’église, note le site, le candidat de la France insoumise est revenu sur son combat contre la pauvreté, mais ses positions également pro-mariage et adoption pour tous : « des questions éthiques qui doivent être maniées avec prudence et en s’assurant que l’on s’est bien compris. »

Jean-Luc Mélenchon reconnait dans la Manif pour tous, « un phénomène social, autant que spirituel, qui exprime des convictions profondément enracinées dans notre peuple ». Mais il fait « le pari positif du malentendu »« La reconnaissance des couples homosexuels à l’état civil n’est pas le sacrement reconnu par l’Église. Nous ne parlons pas de la même chose, bien que l’utilisation en commun du mot « mariage » prête à confusion », parce que sa connotation sans doute trop religieuse.

Déminage conciliant en pleine « campagne instructive » ? « Le reproche des manifestants portait surtout sur la filiation », objecte le site.

La manif pour tous a toujours prôné pour « une humanité, constituée homme et femme » et « l’abrogation » de la loi Taubira, qu’elle considère avoir été « imposée », alors même que la majorité des français, y compris partisans LR s’en félicitent ! Elle prétend défendre la famille, mais « conventionnelle ».

« Je ne suis pas dupe du prétexte ! », rétorque Jean-Luc Mélenchon. De « culture catholique, il connait la maison ! »

« Les gens se sont mobilisés parce qu’ils estiment inacceptable que deux personnes du même sexe puissent être considérées comme mariées. C’était leur premier souci ! Quant aux enfants, la réalité est qu’il y a déjà des enfants élevés par des parents homosexuels. » Et si le candidat de la gauche « admet l’idée de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles comme en bénéficient déjà les hétérosexuelles », il reste « absolument et radicalement opposé à la gestation pour autrui (GPA) : une porte ouverte à un nouveau commerce du corps des femmes », estime-t-il. « Je veux bien en douter si on me présente une femme milliardaire acceptant de faire un enfant gratuitement pour une femme pauvre d’un bidonville… »

L’argument semble réjouir le collectif anti-mariage gay, qui dans la tourmente de François Fillon, se recherche un nouveau candidat à plomber avec ses « propositions pour la famille et l’enfant. » La manif annonce par ailleurs des échanges réguliers « par delà ses proximités partisanes », avec entre-autres les équipes de Benoit Hamon, « dont l’opposition forte à la GPA est un marqueur ».

[spacer]

[spacer]

Des conclusions, comme le rappelle Yohann Roszéwitch, conseiller chargé de la lutte contre les LGBTphobies au sein de la DILCRAH, qui devraient « faire réfléchir les candidats progressistes sur leur (mauvais) positionnement sur la famille. »

Valentine Monceau
stophomophobie.com