-->

Pétition solidaire pour l’accès en France à une «GPA éthique», c'est-à-dire encadrée

Pétition solidaire pour l’accès en France à une «GPA éthique», c'est-à-dire encadrée

On oppose souvent que la gestation pour autrui revient à considérer le corps comme une marchandise. Mais dans la GPA éthique, tout repose sur le désir de celle qui souhaite porter l’enfant. Des femmes altruistes existent et peuvent aider des couples qui en ont besoin. Pourquoi le leur refuserait-on ?
Le problème lorsque l'on parle de GPA en France, est que l'on fait couramment des amalgames entre des situations les plus opposées au plan moral, juridique, légal, éthique et donc humain. Des cas affreux existent de par le monde, c'est indéniable, et ils doivent être combattus avec la plus grande énergie. Mais cela ne nous apprend rien sur les nombreux cas de GPA éthiques, qui existent aussi et que certains pays - comme aux États-Unis- encadrent très bien.

C'est cet amalgame que les opposants de principe à toute GPA n'hésitent pas à faire pour diaboliser le sujet sans le moindre respect les personnes concernées, déclarée dans une interview autour de cette question l'année dernière dans l'Express, Irène Théry, directrice d'études à l'EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) et présidente du groupe de travail "Filiation, origines et parentalité", missionné par le ministère de la Famille.

D'un côté, les gestatrices, qu'on présente comme des "sacs", des "utérus sur pattes"; de l'autre les couples qu'on décrit comme d'ignobles individualistes prêts à tout acheter, à profiter de la misère humaine, et à asservir les femmes. Ces idéologues n'ont pas plus de respect pour les enfants nés de GPA, dont ils nous disent qu'ils sont des "choses", "achetées", n'ayant "même pas le statut d'être humain". Vous imaginez quand des enfants nés de GPA entendent ça? Le comble, c'est que ceux qui parlent ainsi croient être super-moraux, alors qu'ils refusent aux enfants nés de GPA leurs droits fondamentaux.
Pour l'instant, l'enjeu en France est de contribuer à ce qu'un débat éclairé et serein commence. Il faut sortir de la diabolisation, revenir aux réalités concrètes, s'informer, s'écouter mutuellement.

La GPA existe ailleurs et ne va pas s’arrêter parce qu’on la refuse. Le risque d'une position simpliste favorise la commercialisation de l'humain. Dans l’intérêt des enfants et des mères porteuses, il est urgent de légiférer en France et de montrer l’exemple, tant pour les parents demandeurs que pour la mère qui porte l’enfant. Les plus vulnérables doivent toujours être protégés.

Signataires de la pétition, nous demandons ainsi à Monsieur François Hollande, Président de la République, et à notre Premier Ministre, Monsieur Manuel Valls, d'autoriser la "GPA éthique" en France.

@stop_homophobie

1 Comment

Comments are closed.