Limoux : deux mariages gay (les premiers dans l'Aude) célébrés samedi

Limoux : deux mariages gay (les premiers dans l'Aude) célébrés samedi

Il s'agit des premiers mariages homosexuels, tant à Limoux que dans l'Aude. Ils seront célébrés par Colette Lagoutte, conseillère municipale.

Samedi après-midi, à 15 h et 16 h, Colette Lagoutte, conseillère municipale, va vivre deux moments intenses : pour la première fois dans sa carrière d'édile, et pour la première fois dans l'Aude, deux mariages gay vont être célébrés en mairie. Et c'est elle qui officiera. Il s'agit de deux hommes et deux femmes, bien connus dans la "cité blanquetière", et qui souhaitent rester dans l'anonymat. "Ils veulent que les cérémonies se déroulent dans la plus stricte intimité", précise Colette Lagoutte : "Ils régularisent simplement leur situation, comme le leur permet la nouvelle loi, et ils ne désirent pas qu'il y ait une quelconque publicité à propos de cet événement". La conseillère envisage les deux cérémonies en toute sérénité : "Pour moi, ça ne pose aucun problème. C'est un rite d'état-civil, désormais légal, et avec lequel je suis pleinement d'accord car c'est une question d'égalité. Je suis tolérante et j'estime que chacun doit vivre sa sexualité comme il l'entend et comme la nature l'a voulu. C'est tout".

Mise à jour de la France

Jean-Paul Dupré, le député-maire de Limoux, ne dit pas autre chose. Pour cause de voyage à l'étranger, prévu de longue date, il ne pourra pas célébrer le mariage. Mais il s'est voulu très clair : "Pour moi, ces deux cérémonies relèvent de choses tout à fait naturelles. Des textes de loi ont été récemment votés en ce sens et dans le droit fil de ce que François Hollande, le président de la République, avait évoqué pendant sa campagne. Et il avait dit vouloir légiférer sur ce sujet. Voilà qui est fait et la loi doit être respectée". Le député est d'autant plus favorable à cette loi sur le mariage gay que selon lui, "il s'agit d'une mise à jour de la France" rendue d'autant plus nécessaire, et incontournable, "que d'autres pays européens ont légiféré depuis longtemps sur ce point".

En mairie de Limoux, les bans ont été affichés le 12 juin, dans l'entrée. Un endroit pour le moins passager. Tout le monde peut donc les lire. Et depuis six jours, il n'y a pas eu de réactions passionnées. Dans l'esprit des gens, ce sont des mariages parmi tant d'autres.

source:lindependant.fr