-->

Les pluies diluviennes au Pérou : « un châtiment divin consécutif à la théorie du genre », selon un évangéliste

Les pluies diluviennes au Pérou : « un châtiment divin consécutif à la théorie du genre », selon un évangéliste

Les intempéries qui se sont abattues ces derniers jours sur le Pérou, ont provoqué avalanches, coulées de boue et la mort d'au moins 75 personnes, ainsi que quelque 70 000 autres sinistrés. Ce sont les chiffres annoncés par l'Institut national de défense civile (INDECI). La capitale Lima, qui subit les effets du phénomène climatique El Niño depuis janvier, a été particulièrement touchée. « Il entraîne un réchauffement des eaux de l'océan Pacifique, et une absence de vent qui bloque les nuages gorgés de pluie... »

Mais pour le pasteur Ricardo Medina, ces catastrophes seraient « une punition divine en réponse à la récente diffusion de la théorie du genre dans les manuels scolaires. »

L'évangéliste en est convaincu : « Si le gouvernement n'avait pas cédé à cet endoctrinement, propagé au sein des écoles, Dieu n'aurait pas endeuillé le pays. Et sa fureur pourrait encore s'accroître », a-t-il menacé.

« Prédicat discriminatoire à visées politiques » ? Le pasteur est en effet conseiller municipal de la ville d'Arequipa, deuxième plus importante pour ce qui est de la population, où il a déjà organisé de nombreuses marches et chaînes de prière contre l'égalité des sexes, estimant « qu'elle promeut l'homosexualité. »

Ces pluies, qui perturbent régulièrement le climat en Amérique latine, sont similaires à celles qu'avait connu le Pérou au cours du dramatique El Niño de 1998, avec 500 personnes tuées. Le pire étant celui de 1982-1983, qui fera plus de 9.000 victimes. Elles devraient persister jusqu'à la mi-avril.

Joëlle Berthout
stophomophobie.com

>> Regidor de Arequipa : Los desastres son un « castigo divino » producidos por la « ideología de género »

El regidor de la Municipalidad Provincial de Arequipa, Ricardo Medina, asegura que los recientes desastres en el país — producidos por las lluvias y huaicos — son un « castigo divino ».

Según dice, esto se debe a que el Gobierno central no da marcha atrás en el nuevo Currículo Nacional de Educación Básica, donde un grupo de personas asegura que se quiere imponer la « ideología de género ».

« Si el Gobierno hubiera dado su mano a torcer, Dios no hubiera castigado tanto a nuestro país (…). Estoy convencido, porque en Chile se aprobó el matrimonio gay y tuvo un terremoto », expresó.

El concejal, quien pertenece a una iglesia cristiana, y es una de las personas que lideró las marchas del grupo Con Mis Hijos No Te metas en Arequipa, señaló que iniciarán desde mañana una cadena de oración en el palacio metropolitano de Bellas Artes.

« Dios está teniendo misericordia de Arequipa », refirió la autoridad, porque en la última marcha realizada en la Ciudad Blanca contra la « ideología de género » se unieron los integrantes de las iglesias católicas, evangélicas, entre otros.

« Si el presidente hubiera escuchado entonces no hubiéramos tenido tanto castigo divino », puntualizó.