« Les garçons ne portent pas de robe de princesse ! », le Britannique Lewis Hamilton fustigeant son neveu (VIDEO)

Le champion de Formule 1 Lewis Hamilton a présenté ses plus « sincères excuses », ce 26 décembre, après avoir « ironisé » sur son neveu qui avait choisi une robe de princesse pour noël. Il avait partagé une vidéo de l'enfant sur les réseaux, « triste » de le voir ainsi accoutré.

« Pourquoi est-ce que tu as demandé cette robe ? C'est ça que tu voulais ? », lui lance-t-il, sous le sapin, avant de s'écrier brusquement, « les garçons ne portent pas  de robe de princesse ! », tandis que son neveu se couvre les oreilles.

Les réactions n'ont pas tardé, fustigeant des « propos inappropriés », comme l'a également regretté le quadruple champion, qui assure n'avoir eu toutefois « aucune intention de heurter qui que ce soit ».

« J'ai toujours défendu les libertés de chacun à vivre comme il le souhaite et j'espère que vous me pardonnerez pour cette erreur de jugement et mon comportement. Je réalise qu'il est tout à fait inacceptable de marginaliser quelqu'un, en fondant dans les stéréotypes, peu importe vos origines. J'aime que mon neveu se sente libre de s'exprimer », a-t-il ajouté.

Sur les réseaux, les plus opportunistes ont saisi l'occasion pour nous qualifier de « contre nature », « décérébrés », « exhibitionnistes de nos sexualités », que nous souhaiterions « imposer » aux enfants... Espérons que les plus de 5 millions d'abonnés du champion en prennent note. Il est simple d'ironiser mais les conséquences sont désastreuses. Il aurait fallu y réfléchir avant de « plaisanter ».

Rappelons que 40% des adolescents LGBTQ ont « sérieusement envisagé » de se suicider, selon une récente étude américaine, en raison notamment de ces moqueries. 34,9% l'ont planifié et 24,9%, tenté de le faire au cours de l'année qui a précédé l'enquête. Comparativement, 14,8% des adolescents hétérosexuels ont eu des pensées suicidaires, 11,9% prévu de mettre fin à leurs jours, contre 6,3% qui auront tenté de passer à l'acte. Les chercheurs ont de nouveau martelé l'urgence d'« une prise de conscience générale ».

Anne V. Besnard
stophomophobie.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.