Homophobie : « Maintenant ils se lâchent et frappent »

Homophobie : « Maintenant ils se lâchent et frappent »

La contestation du mariage pour tous est ternie par des actes et des violences homophobes. Ces dérives inquiètent associations et classe politique au moment où le texte est débattu au Sénat.

« Voici le visage de l’homophobie ». La photo fait froid dans le dos. Sur les réseaux sociaux, le visage tuméfié de Wilfred, homosexuel tabassé dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, a suscité une vague d’émotion.

« Cela devait arriver. Il y a des semaines que l’on tire la sonnette d’alarme. Durant les débats pour le mariage pour tous, certains ont joué avec les peurs, la peur de l’autre ! Ils ont libéré la parole homophobe, aujourd’hui décomplexée. Et maintenant, ils se lâchent. Ils frappent », commente Nicolas Gougain, porte-parole de l’inter-LGBT (Lesbiennes, gays, bi et trans).

« Intolérable et inacceptable »

Le ton est monté ces derniers jours en marge des débats au Sénat. Des extrémistes de Civitas et du Printemps français, groupes proches des catholiques traditionalistes ont enchaîné des actions coups de poing. Frigide Barjot, porte-parole des anti-mariage pour tous et organisatrice des grandes manifestations, s’est démarquée « de cette tendance qui cherche la surenchère ». Elle a condamné l’action contre Chantal Jouanno, sénatrice UMP favorable à la loi. Dimanche matin, la vitrine du Centre culturel des Blancs Manteaux à Paris qui devait accueillir un rassemblement d’associations gays et lesbiennes, a été dégradée par des militants du Printemps français.

« Le climat est lourd. Délétère », résume Nicolas Gougain.

A l’Assemblée nationale, Manuel Valls a dénoncé des « factieux » qui font planer un climat d’homophobie. Le ministre de l’Intérieur a parlé d’actes « intolérables et inacceptables » et a promis : « La police et la justice agissent pour faire cesser de tels actes ». Pour l’ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot le combat contre toutes les discriminations n’est jamais gagné : « Il ne faut jamais déposer les armes. En période de doute et de crise, les gens ont le sentiment de perdre leurs valeurs. Tout ce qui fait bouger la société les inquiète. Des extrémistes exploitent ces peurs ».
Hausse des agressions

Selon les statistiques de l’association SOS homophobie, les actes homophobes sont passés de 1 554 en 2011 à plus de 2 000 en 2012, soit une hausse de 30 % ! « Avec le débat sur le mariage, les chiffres ont explosé depuis le début de l’année. Notre centre d’écoute et d’accueil a recensé trois fois plus d’appels par rapport à l’an dernier à la même époque », précise Élisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie. La radicalisation du mouvement contre le mariage homosexuel commence à inquiéter jusque dans les rangs de l’UMP. Le député de Haute-Loire Laurent Wauquiez, opposant actif au projet du gouvernement, s’interroge sur sa présence à la troisième grande manifestation des opposants annoncée le 26 mai prochain.

« Il faut arrêter de jouer avec le feu et vite calmer le jeu pour éviter d’autres dérapages », expliquait Nicolas Gougain avant le rassemblement contre l’homophobie mercredi à Paris. L’UMP a déplacé la bataille sur un terrain plus feutré : Laurent Wauquiez et Hervé Mariton, député de la Drôme appellent au boycott du dictionnaire Larousse qui évoque le mariage homo.

leprogres.fr