« Gabriel » : Le court métrage des Lycéens de Saint-Jean-de-Luz pour dénoncer l'homophobie

« Gabriel » : Le court métrage des Lycéens de Saint-Jean-de-Luz pour dénoncer l'homophobie

A l'origine de « Gabriel » il y a un concours d'écriture de scénario de court métrage organisé par le Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz, avec l'aide de la Municipalité, de l'Office du tourisme et des trois lycées de la ville, auprès d'élèves de 1ere.

Durant l'année, les projets ont été suivis lors d'ateliers d'écriture. Et puis en juin, un jury composé des réalisatrices Audrey Estrougo et Stéphanie Murat, ainsi que du scénariste Vincent Cappello, du compositeur Alexis Rault et du directeur artistique du Festival, Patrick Fabre, a désigné le lauréat : « Gabriel » !
Écrit par 4 élèves du lycée Saint-Thomas d'Aquin, le tournage a eu lieu les 3 et 4 octobre à Saint-Jean-de-Luz sous la direction d'Audrey Estrougo, et le film projeté ensuite en clôture du Festival le 10 octobre.

Il s'agissait « d'offrir un espace d'expression aux élèves, de leur permettre de traiter de sujets qui les touche. C'est pourquoi le thème donné pour le concours était aussi vague que : "la première fois". Ça a donné des scénarios évoquant la dépendance à la drogue ou à l'alcool, la mort d'un proche ou le rejet », nous explique Patrick Fabre - Directeur artistique. « Avec Gabriel, les auteurs ont voulu raconter "la première fois qu'on tend la main". Ce scénario et son sujet nous ont semblé les plus forts. Et ce malgré ses maladresses, l'essentiel étant qu'il soit l'expression de ces ados. Et notamment d'un des auteurs qui a travers Gabriel a évoqué son expérience. C'est aussi pourquoi des professionnels comme Audrey Estrougo (dont le prochain film, Taulardes avec Sophie Marceau sortira en 2016) ou le compositeur Alexis Rault, ont accepté de travailler bénévolement sur ce court métrage ».

Quant aux acteurs, ce sont eux aussi des lycéens de Saint-Jean-de-Luz. A l'exception des filles qui font du théâtre amateur, Pascal, qui interprète Gabriel, comme tous les autres n'ont jamais joué. « A l'arrivée, nous sommes extrêmement heureux que ce film, en plus de l'expérience cinématographique qu'il a offert aux participants, soit utile à une cause que nous défendons ».

L'histoire de « Gabriel » pourrait sembler « clichée » mais elle révèle encore et toujours cette même réalité à laquelle sont tristement confrontés les jeunes LGBT. Harcèlement, intimidation, violences physiques... qui conduisent inéluctablement à la tentation du suicide.

« Tu en as parlé à ta mère ? », souligne la jeune amie de Gabriel, qui semble démunit : « Ma mère, elle s'en fout de ma vie... Qu'est-ce que tu veux que je lui dise... qu'il y a des mecs au Lycée qui m'emmerdent parce que je suis "pédé" ? »

Et bien oui, il le faudrait ! Et si, comme dans le film, Gabriel n'a pas la force d'en parler, c'est à son entourage de prévenir les professeurs, la direction de l'établissement...

Le film est donc très instructif, c'est un témoignage assez flagrant qui devrait être largement diffusé dans les écoles. Nous sommes très "fiers" de vous présenter et soutenir ce court-métrage.

Ne prenez pas les agressions à la légère. Et vous pouvez dans tous les cas nous contacter ou joindre notre permanence jeune. Nous restons à votre écoute et nous pouvons, en toute confidentialité, intervenir.

https://www.stophomophobie.com/contacts/
https://www.stophomophobie.com/permanence-jeune/
https://www.stophomophobie.com/a-votre-ecoute/

Stop Homophobie