Filiation pour les couples homosexuels : le flop de Sarkozy à l'Assemblée

Filiation pour les couples homosexuels : le flop de Sarkozy à l'Assemblée

>> Un député, proche de l’ex-président de la République, a déposé vendredi une proposition de loi reprenant la position de Nicolas Sarkozy sur le mariage pour tous. Il aimerait permettre aux enfants adoptés par des couples homosexuels de remettre en cause leur lien de filiation. Problème, seule « une trentaine » de députés a cosigné le texte.

Institutionnaliser l’homophobie des enfants envers leurs parents homosexuels, il fallait y penser !

Ils sont près de 200 députés à siéger sur les bancs du groupe UMP de l’Assemblée nationale. Et pourtant seule « une trentaine » d’entre eux a signé la proposition de loi de Daniel Fasquelle. Déposée vendredi (journée internationale des droits de l’enfant), elle reprend la position de Nicolas Sarkozy sur la loi Taubira, dictée la semaine dernière lors du meeting du collectif Sens commun. Le candidat à la présidence de l’UMP a dit souhaiter supprimer la loi votée en 2013, pour revoter un nouveau texte qui exclura la possibilité d’une filiation pour les couples homosexuels.

L’opération était suivie de très près par l’ex-chef de l’Etat, qui avait chargé le député du Pas-de-Calais d’organiser ce qui devait être une opération de force. Elle s’est transformée en flop. « C’est une position trop brouillonne », confie en privée un député très proche de la Manif pour tous qui a refusé de signer le texte. Daniel Fasquelle, lui se défend auprès de metronews : « Une trentaine, c’est un chiffre convenable, c’est une bonne moyenne. » Le parlementaire s’est « contenté d’envoyer un mail » à ses collègues. « Certains ne l’ont peut être pas vu, il y aura d’autres cosignataires plus tard »…

Pour l’heure, le manque d’enthousiasme autour du texte illustre la levée de boucliers, y compris dans l’entourage de Nicolas Sarkozy, sur l’intervention de l’ex-chef de l’Etat dans le débat. « Il va falloir faire preuve de pédagogie. Certains, à l’UMP, ont réagi par rapport à une mauvaise interprétation des propos de Nicolas Sarkozy. C’est malheureux », s’agace Daniel Fasquelle. Mais celui-ci se veut confiant : « au final, il se rangeront sur la position de Sarkozy ». Rien n’est moins sûr..

Adoption : un choix à 18 ans ?

Dans le mail qu’il a envoyé aux parlementaires, Daniel Fasquelle le reconnaît : il y a un « problème de fond sur le sort des adoptions déjà prononcées ». « Ces adoptions ne seraient pas remise en cause par une nouvelle loi, cependant des dispositions transitoires peuvent être prévues. Il faudra en discuter le moment venu », écrit-il. A metronews il livre sa proposition : « A 18 ans, les enfants prisonniers d’une filiation avec des couples homosexuels devraient pouvoir confirmer l’adoption ou la remettre en cause afin de rétablir une filiation avec leur(s) parent(s) biologique(s) ». La loi Taubira n’a décidément pas terminé de faire réagir.

avec Tristan Quinault Maupoil
metronews.fr