Endeuillée par la disparition de son épouse, elle émeut l'Australie et relance la campagne pour l'égalité du mariage

Endeuillée par la disparition de son épouse, elle émeut l'Australie et relance la campagne pour l'égalité du mariage

>> This woman lost her wife in a car crash, but their government won’t admit they were ever married : How one Facebook post reveals the tear-stained face of the equality campaign in Australia

[spacer]

Le témoignage émouvant d’une jeune femme, confrontées aux affres des formalités administratives et funéraires habituelles, depuis qu’elle a perdu sa compagne dans un accident de voiture le mois dernier, a éprouvé cette semaine l’Australie, remotivant dans la foulée les partisans de l’ouverture au mariage pour les couples de même sexe.

Lara et Elise Ryan se sont unies en 2010, au cour d’une célébration en Nouvelle-Galles du Sud, s’engageant ainsi dans un partenariat civil pour faire reconnaître leur relation, reconnue au niveau fédéral. Le couple a eu deux enfants ensemble et se félicitait encore en début d’année de l’arrivée de la petite Skylar, quelques semaines avant la disparition d’Elise.

Drame multiple pour cette veuve, contrainte à l’indulgence des policiers dans cette épreuve des démarches, malgré plus d’une dizaine d’années de vie commune, pour faire inscrire sur le rapport d’incident qu’Elise était son épouse, ou griffonner la case dédiée au « mari » sur le certificat de décès, pour pouvoir ensuite organiser les obsèques.

Dans l’atmosphère éreintante de la salle d’urgence « J’ai hurlé comme une dingue : Je sais que ce n’est pas légal mais c’est ma femme ! », a écrit Lara, en modifiant sa photo de profil, pour réaffirmer son soutien à la campagne pour l’égalité des droits.

[spacer]

This is why.Because having lost my partner in a horrible pedestrian accident this month I had to ask policemen if I was…

Posté par Lara Ryan sur lundi 29 février 2016

[spacer]

« Elise n’approuverait probablement pas mon choix. Nous étions plus du genre à vivre de façon à en inspirer d’autres et ouvrir les cœurs, que de se pencher sur les « projets et amendements politiques du jour ». Mais cette paperasse que je dois désormais affronter pour protéger mes enfants est tellement ridicule, quand on imagine qu’un simple contrat de mariage aurait tout changé. Et parce que le monde est déjà suffisamment sévère, et que l’Amour c’est l’Amour, je pense que nous devrions le célébrer partout », conclut Lara, en soulignant le poids de l’absence de celle qui fleurissait son existence.

En janvier dernier, l’histoire d’un autre couple d’Australiens, mariés à Londres en juin 2015 et brisé en pleine lune de miel à Adélaïde, dans le Sud, avait déjà ému le pays. « Un véritable cauchemar » pour le jeune veuf, « destitué de toute sa vie en quelques secondes », qui lançait une campagne de presse pour demander la modification de l’acte de décès de son époux et réhabiliter ainsi leur amour. Jay Weatherill, Premier ministre de l’Etat d’Australie-Méridionale, s’était exprimé sur la tragédie, qui démontre une nouvelle fois, avait-il précisé « toutes les horreurs que suscitent les discriminations et la nécessité de changer la loi sur le mariage », en s’excusant pour la peine causée à la famille et aux proches.

Voilà pourquoi il est urgent d’organiser un vote au Parlement, plutôt qu’un « plébiscite » sur le sujet avant la fin de l’année, si le gouvernement sortant était réélu aux prochaines législatives, ont réaffirmé les groupes de militants et défenseurs des droits des homosexuels, exhortant les élus à réformer le mariage.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org

[spacer]

>> Last week, the Australian Marriage Equality campaign received a timely and heartbreaking boost from a widely shared Facebook post by Sydney naturopath Lara Ryan, who had tied the knot with partner Elise Ryan in a ceremonial ceremony in 2010, as Australia continues to ban same-sex weddings.

After changing her profile picture to reflect her support for the campaign, she wrote : “This is why. Because having lost my partner in an accident last month I had to ask policemen if I was ‘allowed’ to write ‘Spouse’ on incident reports and I had to cross out boxes for ‘Husband’ on the death certificate.

The pair had two children together, welcoming their baby daughter Skylar in January. Tragically, Elise died less than a month after the birth – and Mrs Ryan found herself both battling government discrimination as well as grieving the love of her life. “I had to yell out in a busy, crazy emergency room ‘She is my wife, I know it’s not legal but she is my wife!’

In an emotional Facebook post, Mrs Ryan explained the horrific hurdles she had to go through.

“Because we were never political, we just tried to live by example to shift people’s hearts rather than pushing agendas. BUT the amount of paperwork I am having to do to secure mine and my children’s future welfare is just ridiculous when all it would take is one marriage certificate. And most of all because I love her, and she has been my every day for ten years, She is the mother of our two girls, she is the future I dreamed of and she is my safe place to land.
Because love is love and we should celebrate it and encourage it always.
The world is harsh enough. Feel free to share widely.” Consider it done.

Mrs Ryan is planning to scatter her wife’s ashes on the beach where they married, at Seal Rocks, New South Wales.

The post has since been shared over 60,000 times, with equality groups calling on the government to stop trying to stall on equal marriage and put it to a vote in Parliament.

However, she might not have been expecting such an outpouring of support.

Lara Ryan added: “Elise would kill me. We don’t do politics. Holy Moly, she is rolling her eyes up there.”