En Belgique : Peine de prison requise pour une agression à caractère homophobe

En Belgique : Peine de prison requise pour une agression à caractère homophobe

Le ministère public a requis, lundi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, une peine de prison d'un an à l'encontre de Xavier S., prévenu de coups et blessures. Cet homme est poursuivi pour avoir provoqué une bagarre au café "Fontainas", dans le centre-ville de Bruxelles, le 27 novembre 2011, et pour y avoir tenu des propos à caractère homophobe à l'encontre du personnel. Ce prévenu avait, lors de cette rixe, été poignardé par un des serveurs du bar qui, lui aussi, est prévenu pour coups et blessures. Pour ce dernier, le ministère public a requis la suspension du prononcé de la condamnation.

Les faits s'étaient déroulés le 27 novembre 2011, vers 23h, au café "Fontainas", situé rue du Marché au Charbon dans le centre-ville de Bruxelles. Deux hommes, Xavier S. et El Hadi B., étaient entrés dans le café et avaient proféré des propos et des insultes à caractère homophobe envers les clients et le personnel de ce bar gay, selon l'enquête.

Xavier S. avait également commis un attentat à la pudeur envers une serveuse. Les collègues de cette dernière avaient enjoint cet homme et son comparse de sortir mais Xavier S. en était alors venu aux mains. L'un des serveurs lui avait ensuite planté un couteau dans le ventre à trois reprises, selon l'enquête. Xavier S. avait été hospitalisé et avait survécu à ses blessures. Le ministère public a clairement retenu le caractère homophobe de l'agression commise au café "Fontainas" en novembre 2011.

Il a requis un an de prison à l'encontre du principal auteur, Xavier S., et il a également requis une peine de travail à l'encontre de El Hadi B., le comparse de Xavier S., qui était avec ce dernier au moment des faits mais qui n'avait pas donné de coups. Le principal intéressé a déclaré, lundi, qu'il était ivre et qu'il ne se rappelait pas exactement de l'origine de la bagarre. Il a affirmé qu'il n'avait certainement pas agressé l'une des serveuses comme cela le lui est reproché.

Il a ensuite déclaré, comme son comparse El Hadi B., qu'il n'avait rien contre les homosexuels. Toutefois, la partie civile, le Centre interfédéral pour l'égalité des chances et le personnel du bar, a estimé, via ses conseils, qu'au contraire les deux hommes s'étaient montrés désagréables et agressifs dès leur entrée dans l'établissement. "Xavier S. a dévoilé ses parties génitales à la serveuse, affirmant qu'il allait lui montrer "ce qu'est un homme"", a relaté l'un des avocats.

"L'un des serveurs n'a ensuite fait que se défendre en donnant les coups de couteau, après que Xavier S. ait lancé des verres, donné des coups à ses collègues et alors qu'il se dirigeait vers lui derrière le bar, déterminé à en venir aux mains", a encore dit l'avocat. Concernant l'acte du serveur, le ministère public n'a, lui, par contre pas considéré qu'il s'agissait de légitime défense. Mais il a tenu compte du contexte particulier des faits et a requis la suspension du prononcé de la condamnation.

Enfin, le conseil d'El Hadi B. a plaidé l'acquittement. Les autres plaidoiries de la défense se tiendront le 23 février prochain.

7sur7.be