Discrimination : La Croatie en infraction avec la CEDH pour avoir refusé le regroupement familial à une femme homosexuelle

Discrimination : La Croatie en infraction avec la CEDH pour avoir refusé le regroupement familial à une femme homosexuelle

>> Croatia: Court backs woman over gay discrimination complaint

La Croatie a violé la Convention européenne des droits de l'Homme en refusant d'octroyer un permis de séjour pour regroupement familial à une femme homosexuelle, a jugé mardi la CEDH, pointant un traitement discriminatoire.

La Cour européenne des droits de l'Homme avait été saisie par une quadragénaire, ressortissante de Bosnie-Herzégovine, qui avait été déboutée de sa demande de bénéficier du regroupement familial pour rejoindre sa compagne, qui résidait en Croatie. Elle se plaignait devant la CEDH d'avoir subi une discrimination fondée sur son orientation sexuelle.

Les juges de la CEDH lui ont donné raison et ont condamné la Croatie à lui verser 10.000 euros au titre du dommage moral. Ils ont noté que la loi croate sur les étrangers réservait « la possibilité de solliciter un permis de séjour pour regroupement familial aux personnes en couple hétérosexuel, mariées ou non », « excluant tacitement les couples homosexuels de son champ d'application » et établissant ainsi une différence de traitement fondée sur l'orientation sexuelle des personnes.

En Croatie, une loi autorise depuis juillet 2014 l'union des couples homosexuels et aligne les droits des unions homosexuelles et hétérosexuelles, sauf en matière d'adoption des enfants.

>> Human rights judges agreed that Croatia’s decision to make it impossible for a partner in a same-sex relationship to obtain a residence permit for family reunification was discriminatory.

In tuesday’s chamber judgment in the case of Pajić v. Croatia (application no. 68453/13) the European Court of Human Rights held, unanimously, that there had been:

a violation of Article 14 (prohibition of discrimination) taken in conjunction with Article 8 (right to respect for private and family life) of the European Convention on Human Rights.

The case concerned the complaint by Danka Pajić, a national of Bosnia and Herzegovina, who is in a stable samesex relationship with a woman living in Croatia, of having been discriminated against on the grounds of her sexual orientation when applying for a residence permit in Croatia.

The court found in particular that Pajić had been affected by a difference in treatment between different-sex couples and same-sex couples introduced by the Aliens Act, which reserved the possibility of applying for a residence permit for family reunification to different-sex couples.

The Croatian Government had not shown that that difference in treatment was necessary to achieve a legitimate aim or that it was justified by any other convincing reason.

As Just satisfaction (Article 41), the Court held that Croatia was to pay Pajić 10,000 euros (EUR) in respect of non-pecuniary damage and EUR 5,690 in respect of costs and expenses.