Des couples gays agressés en centre-ville de Dieppe : « inattendu, totalement gratuit et extrêmement violent »

Nicolas Bellenchombre, président de l’association Ciné-Deep, organisatrice du Festival du Film Canadien de Dieppe, a dénoncé dans la presse son agression, survenue en plein centre-ville, dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 février, tandis qu'il rentrait chez lui, accompagné de son ami, Alexis.

Les deux hommes ont été pris à partie, injuriés. Ils ont choisi d'ignorer les provocations et divers projectiles lancés pour les interpeller. Mais leurs agresseurs, deux jeunes gens d'une vingtaine d'années, décidés à poursuivre, les ont rattrapés.

Alexis a reçu les premiers coups, mais réussi à s'enfuir pour prévenir les policiers. Nicolas a essayé de s'extirper par le dialogue, proposant ses effets personnels, dans le doute d'une tentative de vol, mais les individus ont insisté : ni argent, ni téléphone, « c’est ta gueule » qu'on veut !

Après l'avoir traité de « pédé » ou « grosse tarlouze », ils ont continué à le frapper, au visage, à la tête... Coups de poings et pieds aussi, lorsqu'il est tombé à terre. « Mes oreilles bourdonnaient et un voile blanc est passé devant mes yeux », a-t-il expliqué sur paris-normandie : « Ils auraient pu me tuer. »

Les deux assaillants se sont enfuis, constatant qu'Alexis appelait à l’aide et venait probablement d'alerter les secours.

Nicolas a terminé aux urgences, avec de multiples traumatismes, notamment crâniens. L'enquête est en cours. Il souhaite que ses agresseurs soient jugés mais ne veut pas d'amalgames. « Ça peut arriver n’importe où, Dieppe n’est pas une ville où ça craint », dit-il. « La connerie, on en trouve partout. »

Si ce n'est qu'un peu plus tôt, un autre couple a également été attaqué, au même endroit, ajoute-t-il, et sûrement par les mêmes auteurs : « Ils étaient également au bureau de police pour porter plainte ! »

Joëlle Berthout
stophomophobie.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.