« Déferlement homophobe » contre la nouvelle campagne de prévention santé VIH, d'ailleurs vandalisée (VIDEO)

« Déferlement homophobe » contre la nouvelle campagne de prévention santé VIH, d'ailleurs vandalisée (VIDEO)

Parant aux réticences de ses services, qui l'avaient jugé « trop ciblée », suggérant d'y ajouter des couples hétérosexuels pour limiter les « discussions », la ministre de la Santé Marisol Touraine a autorisé le mois dernier la diffusion auprès du grand public d'une campagne contre le sida, tenant compte des homosexuels.

« Coup de foudre, d'essai ou d'un soir », « Pour une fois, un week-end ou la vie », « S'aimer, s'éclater, s'oublier », « Avec un amant, un ami, un inconnu : Les situations varient, les modes de protections aussi », préviennent les slogans, encourageant avec le dépistage et l'utilisation du préservatif, la prise d'un traitement préventif (PrEP/antirétroviraux), particulièrement recommandé pour les couples sérodifférents et réduire les risques d'infection.

Proposée par Santé Publique France, l'organisme public de prévention de santé, les affiches de la campagne ont été déployées ces derniers jours dans les rues, illustrées par des images monochromes de couples de même sexe, de tous âges et origines, simplement enlacés.

Un appel au « sexe-conso ? » Et pourquoi une campagne réservée au gays : « le sexe entre hommes c'est dangereux ? », s'interroge sournoisement la Manif pour tous. « Une honte », soutient Christine Boutin, présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate, qui approuve par ailleurs la dégradation des supports de la campagne, revendiquée par un certain  Louis Ronssin,  sympathisant du collectif anti-gay. Il évoque un « nettoyage » mais le vandalisme est une infraction !

L'un des groupes satellites du mouvement menace de porter plainte pour « corruption de mineur ».

« Vous êtes des monstres », s'indigne un autre internaute, déplorant lui aussi « une atteinte à la pudeur » : « Je dis quoi à ma fille de 8 ans ? »

« Qu'elle a la chance de vivre dans un pays où on informe les gens, sans déni, pour les aider à se protéger contre des maladies graves », a réagi Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.


« Quelques uns refusent de voir deux hommes ensemble et veulent censurer cette campagne », ajoute Marisol Touraine, invitant à partager d'autant plus les visuels.

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate et candidat à la primaire de la droite et du centre, n'y percevant également qu'un danger pour les enfants, a effectivement réclamé le retrait des affiches, s'appuyant d'une pétition pour dénoncer une « promotion de l'adultère dans le domaine public. »

Mais la République n'est pas une catéchèse.

Invité sur le « .POL » du HuffPost, il avait déjà refusé de condamner les propos homophobes de Marc-Yvan Teyssier, cadre de son parti (PCD) dans le Rhône, plaidant « la liberté d’expression et de pensé ».

Pour un aspirant à la Présidence qui prétend vouloir représenter « tous les français », la ligne est quelque peu discriminatoire : les élus sont au service du peuple !


Interview de Jean-Frédéric Poisson dans... par fautpaspousser-malo17

« Et la Manif récuse les accusations d'homophobie ?! », ironise une internaute.

Les pétitions pour réclamer la dissolution du mouvement circulent. Une initiative à suivre pour réveiller nos politiques, en attendant d'autres sanctions.

Valentine Monceau
stophomophobie.org

1 Comment

Comments are closed.