Crime contre l'humanité : Vague d’exécutions d'homosexuels en Iran

Crime contre l'humanité : Vague d’exécutions d'homosexuels en Iran

Abdullah Ghavami Chahzanjiru et Salman Ghanbari Chahzanjiri ont été pendus dans le sud de l’Iran le 6 Août dernier.
Suivant les autorités ils auraient été exécutés pour « sodomie consensuelle ». Leur mort a été dictée par la nécessité d’une « communauté plus sécuritaire. »
En Iran, où l’âge de la majorité est fixée à 15 ans, les relations homosexuelles entre adultes consentants sont illégales et passibles de la peine de mort.
Deux médias iraniens racontent les exécutions publiques de ces deux hommes qui auraient eu lieu sur une esplanade à Shiraz, une ville de 1,2 million d’habitants située au sud du pays.

L’un d’eux, le Jonoubnews (Nouvelles en persan), dit expressément que les exécutions concernaient des homosexuels. Le journal en ligne n’hésite pas à publier une galerie de 29 photos sur la pendaison des deux gays

Une autre source, Dadfars (également en persan), ne précise pas si les « crimes » ont à voir avec le fait que les deux adolescents étaient homosexuels, mais définit les condamnés comme « méchants immoraux ». Cette source assure qu’ils avaient été condamnés à mort pour « la sauvegarde de la sécurité de la collectivité » et pour « réduire la souffrance des victimes ».

Selon l’ONG « Iran Human Rights », le nombre de personnes homosexuelles exécutées s’élève maintenant à plus de 400 depuis le début de l’année 2014

Cette année, un adolescent, Makwan Mouloudzadeh, qui avait avoué avoir eu une relation sexuelle anale à 13 ans a été exécuté.

En 2007, le président de la république islamique d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré lors d’un débat à l’université de Columbia qu’il n’y avait pas d’homosexuels dans son pays et qu’il n’y avait pas de tel « phénomène » chez eux. Il espérait esquiver la question sur les persécution que subissent les citoyens homosexuels Iraniens.

Source : Iran Human Rights.