Campagne de prévention VIH : AIDES devant la justice pour « diffusion d'un message violent ou pornographique »

Campagne de prévention VIH : AIDES devant la justice pour « diffusion d'un message violent ou pornographique »

Après les injures, la censure et des locaux plusieurs fois vandalisés ces dernières semaines, Aides est sous le coup de trois plaintes, déposées par des riverains de l'association à Laval, dans la Mayenne.

Ils dénoncent la nouvelle campagne d'affichage « Révélation », mettant en scène des couples nus dans une série de photographies en noir et blanc avec le slogan : « Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida ».

Aides œuvre particulièrement pour l'amélioration des conditions de vie des personnes touchées par le VIH. Précarité sociale, financière mais aussi affective, il s'agissait de changer le regard porté par la société sur les séropositifs. « Car ce qui pèse aujourd'hui le plus... ce sont les discriminations quotidiennes », rappelait le président de l'association.

Le Parquet a jugé les plaintes recevables pour « diffusion d'un message violent ou pornographique contraire à la dignité, accessible à un mineur » et le procureur a réclamé le retrait des affiches. AIDES a refusé.

L'enquête est close mais l'association « attend de savoir si cette action judiciaire aura des suites. » Le « délit » est passible de trois ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org