-->

VIDÉO. Sur LCI, Vincent Boileau-Autin dénonce la manipulation et les mensonges des acteurs de la Manif pour tous

VIDÉO. Sur LCI, Vincent Boileau-Autin dénonce la manipulation et les mensonges des acteurs de la Manif pour tous

Dans un commentaire, un partisan du mouvement a tenté la diffamation, accusant les premiers mariés homosexuels de pédophilie. Vincent Boileau-Autin s'apprête à porter plainte.

>> Des personnalités politiques - des UMP, Laurent Wauquiez, Henri Guaino, Hervé Mariton... et des FN, Marion Maréchal Le Pen notamment - ont manifesté. Ces figures politiques ne se prononcent-elles pas en fonction de leur orientation sexuelle et de leur conviction religieuse ?

Vincent Boileau-Autin : Ce que je constate, c'est ce mariage entre l'UMP et le FN aujourd'hui ! Avec, par exemple, M. Peltier, issu des rangs du FN et basculé à l'UMP... C'est le jeu des chaises musicales et la Manif pour tous est devenue un grand parti de droite ! Mais la gauche, elle, recule ! Et, on n'élit pas des politiques pour qu'ils reculent mais pour qu'ils avancent !

Manuel Valls dans La Croix dit : non à la PMA, non à la GPA ! Il disait l'inverse à la primaire socialiste en 2011. Êtes-vous déçu ?

Évidemment, mais malheureusement pas surpris ! La gauche a encore deux ans et demi pour faire avancer la France sur des sujets de justice sociale. Il ne s'agit pas d'un caprice d'une partie de la population ! Il s'agit de sécuriser des situations que l'on connaît et de cesser de se mettre un bandeau sur les yeux... tout simplement. La France de l'hypocrisie, ça suffit !

Vous vous engagez pour l'aide à la PMA. Vous avez lancé samedi une association : Grands Projets d'avenir. L'objectif : recueillir des dons pour aider les femmes modestes qui souhaitent recourir à la PMA. C'est comme l'avortement avant la loi Veil...

C'est exactement le même principe. Encore une fois, ce n'est pas un combat homosexuel ! C'est un combat pour toutes les femmes. Certaines femmes sont victimes à double titre de la PMA. Elles ne rentrent pas dans les critères en France et elles n'ont pas les moyens financiers d'avoir recours à une PMA à l'étranger. Donc, elles ont recours à une procréation plus artisanale avec les risques sanitaires qu'on connait pour leur santé et pour celle de leurs enfants. Puisque nos politiques reculent, le citoyen que je suis a envie d'avancer, on essaie de trouver des solutions...

61 % des Français estiment qu'un couple homosexuel avec enfants est une "famille à part entière". 53 % sont favorables à "l'élargissement de la PMA aux couples de lesbiennes". "La tendance est plutôt à une acceptation du principe d'homoparentalité, et d'élargissement des droits des couples homosexuels", estime l'Ifop. Est-ce que vous, vous ressentez cette acceptation-là ?

Le premier de vos désirs avec Bruno, ce n'était pas de vous marier, c'était d'avoir des enfants. Avez-vous avancé dans vos démarches ?

Non, mais nous allons très prochainement faire un dossier pour l'adoption. Maintenant, nous savons que c'est un parcours qui est long, qui est difficile pour tous les couples qui souhaitent adopter. Nous ne sommes pas exempts de cette difficulté.

Est-ce que vous pourriez avoir recours à la GPA, aux mères porteuses, à l'étranger ?

J'ai 41 ans, la GPA pourrait être évidemment une solution. Cependant, je suis Français, je respecte les lois françaises. Ce qui, à un moment peut-être, ne nous interdira pas d'envisager d'autres solutions... si l'adoption ne devait pas être suffisamment réactive par rapport à l'avancée du droit.

Que l'enfant n'ait pas d'existence légale en France ne vous gênerait pas ?

C'est bien la raison pour laquelle la GPA aujourd'hui, il faut en discuter, il faut qu'on ait un débat serein sur cette question. La GPA existe, ne l'ignorons pas, encadrons-la, sécurisons ces familles, ces mères qui à un moment font acte d'aider les familles en difficulté. Et arrêtons de stigmatiser les homosexuels car 80 % des GPA sont des couples hétérosexuels.

Quand on est contre la PMA, la GPA et le mariage pour tous, est-ce qu'on est forcément homophobe ?

Je ne vais pas stigmatiser des manifestants qui ont passé un temps fou à nous stigmatiser. Je ne vais pas être stigmatisant moi-même. Je n'ai rien contre le débat d'idées, mais il doit se faire raisonnablement et dans le respect des diversités françaises. Ça n'a pas été le cas, ça ne l'est toujours pas. Lorsque je vois, dans la presse, des gens de la Manif pour tous avec des masques et des caddies comme si le Ku Klux Klan était de retour, je suis effrayé de cette situation.

Source : Lepoint.fr