Quand Louis Noguès, élu FN du Mans, compare "Homosexualité et zoophilie"

Quand Louis Noguès, élu FN du Mans, compare "Homosexualité et zoophilie"

L’adjointe au maire chargée de l’égalité et des luttes contre les discriminations accuse Louis Noguès d’avoir assimilé homosexualité et zoophilie. L’élu FN dément et parle d’humour. Quant au responsable départemental du Front national, il assure que l’élu « devra s’expliquer devant la commission de discipline du parti ». Décryptage.

[spacer]

[spacer]

La polémique a enflé toute la fin de la semaine. Le conseiller municipal Front national (FN) du Mans Louis Noguès aurait comparé homosexualité et zoophilie lors du dernier conseil municipal du Mans, jeudi 26 février.

Rapportés par un média, puis repris à l’envi par les médias nationaux, les propos auraient été les suivants : «Vous défendez l’homosexualité et la bisexualité (…) Vous êtes la main du lobby LGBT ! » (…) « À quand une délibération sur la zoophilie ? Parce que cela revient au même, quand même… »

Problème. Le premier morceau de la citation est issu d’un précédent conseil municipal. Et le second n’est pas exact.

 « L’élu FN rend inaudible les positions tolérantes et modérées »

Reste que l’intervention de l’élu FN a fait naître la polémique. Intervenant à propos d’une délibération évoquant la relance du centre LGBT (lesbiennes, gay, bisexuels, transsexuels), l’élu frontiste a en fait eu les mots suivants, comme l’atteste un enregistrement audio des débats (à écouter ci-dessus, en cliquant sur le triangle orange)

« J’ai remarqué que, maintenant, ce n’est plus LGBT. Vous avez ajouté : « lesbiennes, gay, bisexuels, transsexuels, intersexuels, queers and friendly ». I don’t understand you ! (NDLR : Je ne vous comprends pas). Vous avez oublié certainement la zoophilie, c’est ça qui me gène ».

Lors de ce conseil, l’élu écologiste Rémy Batiot s’est vivement élevé contre ces propos.

« J’ai entendu parfois M. Noguès nous dire qu’il n’était pas homophobe. Mais qu’est-ce qu’il faut pour être homophobe ? Quand on associe la lutte pour le respect des droits des homosexuels à la zoophilie ! (…) Je trouve ça franchement déplorable, indigne et lamentable ».

Vers une plainte ?

Marlène Schiappa, l’adjointe en charge de l’Égalité et des luttes contre les discriminations s’est, quant à elle, émue le lendemain de cette intervention dans un communiqué : « On peut exprimer des positions politiques sans verser dans l’insulte. En injuriant de la sorte, l’élu FN rend inaudible les positions tolérantes et modérées ».

Jointe au téléphone, Marlène Schiappa ne baisse pas la garde. « Il ne pose pas de question, il affirme ! En disant cela, il suggère qu’il y a une assimilation à faire entre homosexuels et zoophiles ».

Avec diverses associations (Homogène, la FCPE, la ligue des droits de l’homme), elle a émis l’idée d’une plainte. Une décision doit être prise collégialement ce mardi soir.

Mais l’élue ne souhaite pas porter cette plainte en son nom. « Il ne faut pas que ce soit uniquement un débat politique entre élus », estime-t-elle en effet.

De l’humour, selon Louis Noguès

Contacté, Louis Noguès assure quant à lui avoir voulu « terminer avec humour » son intervention lors du conseil municipal. « Je trouve que Marlène Schiappa exagère en intervenant sur le sujet à chaque conseil. Elle justifie son existence et la mission qui est la sienne ».

Il admet en revanche ne pas avoir eu la meilleure formulation qui soit.

« Mon collègue de l’UMP l’a mieux dit que moi, en affirmant que la sexualité est une affaire privée que l’on n’a pas à afficher » (NDLR : Philippe Bougler, évoquant la gay pride : « Ces comportements ne doivent pas sortir de la sphère privée et il n’y a aucune raison de promouvoir ce type de manifestation »).

Louis Noguès fait-il un lien entre homosexualité et zoophilie ? « Pas du tout ! », assure l’élu FN. « Et je respecte l’homosexualité. En revanche, ce que je n’apprécie pas, c’est l’exhibitionnisme autour. La gay pride, c’était nécessaire il y a dix ou vingt ans, car les homosexuels étaient des parias dans la société. Maintenant, c’est passé dans les mœurs, et je crois qu’il y a des homosexuels qui s’affichent partout, y compris au Front national ».

Jean-François BARON