Procréation médicalement assistée : Bientôt davantage de donneurs d’ovocytes et de sperme

Procréation médicalement assistée : Bientôt davantage de donneurs d’ovocytes et de sperme

Les hommes et les femmes qui n'ont pas eu d'enfants pourront bientôt faire don de leurs spermatozoïdes et de leurs ovocytes, ce qui n'était pas le cas auparavant, afin de permettre des procréations médicalement assistées (PMA), a révélé Libération, dimanche 4 octobre. L'objectif est de compenser la pénurie de gamètes, alors que 2 600 couples en attendaient en 2013, selon le quotidien, parfois depuis de longues années, préférant payer très cher une PMA à l'étranger.

Cette évolution de la législation sera permise par un décret que le gouvernement s'apprête à publier, précise Libération, qui a pu consulter le texte. Ce document est un décret d'application de la loi de bioéthique datant de 2011 qui a été enfin finalisé après de longues négociations avec le Conseil d'Etat. Le Premier ministre, Manuel Valls, et la ministre de la Santé, Marisol Touraine, doivent le signer prochainement.

Une contrepartie pour les donneurs

Autre nouveauté, de taille : en échange de ces dons de spermatozoïdes et d'ovocytes, les donneurs pourront désormais conserver une partie de leurs gamètes pour leur usage propre dans l'éventualité d'une future PMA. De quoi encourager en particulier les dons d'ovocytes et doubler le nombre de donneuses pour qu'il atteigne les 900, deux fois plus qu’actuellement, espère le gouvernement.

Toujours réservé aux couples hétérosexuels

En 2012, le Collège des gynécologues français, conscient de ce désir de maternité plus tardive, avait plaidé en faveur de la possibilité de mettre au congélo les ovocytes de sa jeunesse. En vain. C’est ainsi que de plus en plus de femmes se rendent à l’étranger en douce –notamment en Espagne– pour stocker leurs précieux gamètes.

Aux Etats-Unis, c’est le privé qui a pris les devants. En 2014, Facebook et Apple n’ont pas hésité à proposer à leurs salariées de différer leurs grossesses en finançant la vitrification de leurs ovocytes. Limite ? L’affaire a fait grand bruit et ce jusque dans l’Hexagone qui devra attendre la nouvelle révision des lois de bioéthiques prévue pour 2016-2017 pour voir cette nouvelle demande sociale abordée.

De même que l’accès des couples des lesbiennes et des célibataires aux dons de sperme, toujours réservés aux seuls hétérosexuels. Au grand dam des intéressées qui avaient espéré plus d’ouverture de ce quinquennat qui laisse mariner ce dossier au Comité consultatif national d’éthique.

Sentiment d'inachevé après la loi « Mariage Pour Tous »

Le Collectif « PMAPourToutes » initie à partir du 19 octobre prochain, « une grande semaine de la PMA », pour nous permettre à tous... parents, grands-parents, allié-e-s ou femme seule, de témoigner, créer et partager du contenu pro-PMA, sur un site tout spécialement mis en place pour l'occasion.

Vous partagez sur vos blogs, pages ou profils vos « contributions », et vous n'oubliez pas de nous les envoyer, si vous le souhaitez, pour que nous puissions les diffuser. Et/ou les publier directement sur PMAPourToutes.org, sur facebook, ou les envoyer par mail à pma@pmapourtoutes.org, pour que vos témoignages ne se "perdent" pas.

Responsabilisons nos politiques et faisons taire les moyenâgeux qui continuent de jouer les pieds de grue devant le ministère de la justice. Si l'on ne se manifeste pas... le bilan restera mitigé ! On ne peut s’empêcher d’être qui l’on est, alors ne lâchons rien : jamais, jamais, jamais !

avec FranceInfo et Libération