Persécutions en Tchétchénie : Une quarantaine de victimes exfiltrées, des membres d'ONG interpellés (VIDEO)

Persécutions en Tchétchénie : Une quarantaine de victimes exfiltrées, des membres d'ONG interpellés (VIDEO)

Cinq militants, dont un ressortissant Italien, ont été arrêtés illégalement ce jeudi 11 mai à Moscou, alors qu'ils se rendaient au parquet général. Ils étaient porteurs d'une dizaine de pancartes symbolisant quelque deux millions de signatures appelant à l'ouverture d'une enquête sur les persécutions que subissent les homosexuels en Tchétchénie.

« Nous espérions pouvoir les remettre sur clé USB, il y en avait autrement pour 100 kilos de papier en les imprimant. Mais nous ne pensions pas non plus être interpellés aussi rapidement », a indiqué à l'AFP Yuri Guaiana de l'organisation All Out Italie. « Plutôt choquant ! » Aussitôt libéré, il a en effet été reconduit par son ambassade vers un aéroport afin de quitter la Russie, où sa « sécurité ne pouvait plus être assurée ».

« Nous les enverrons par mail, pour rappeler aux autorités que 2 millions de personnes veillent », a-t-il ajouté.

Avec ses amis, quatre russes, relâchés un peu plus tôt, ils encourent jusqu'à 10 jours de détention, assortie d'une amende de 30.000 à 40.000 roubles, soit 480 à plus de 600 euros. Ils doivent comparaître devant la justice le 29 mai prochain.

Arcigay, la principale organisation LGBT italienne, a condamné ces arrestations, dénonçant une « hostilité intolérable de la part des institutions russes », « insultante et très inquiétante », pour All Out.

Une quarantaine de victimes potentielles auraient également été évacuées, selon le réseau Russian LGBT Network, qui a ouvert une ligne téléphonique d’urgence depuis plusieurs semaines. Ces personnes ont été exfiltrées hors de la Fédération, car « pour la plupart, traqués par leur propre famille, c’était tout simplement mortellement dangereux d’y rester », a rappelé une responsable de l'organisation. Les témoignages confirment par ailleurs de nombreux décès par coups ou affamés.

Le Canada, la Suède, la Finlande et l’Allemagne ont mis en place la délivrance de visas d’urgence aux « rescapés » et le parquet général russe aurait lancé des investigations, mais il n'y a toujours « aucune plainte officielle ».

Valentine Monceau
stophomophobie.com