Mariage pour tous HES juge choquante l'invocation de la liberté de conscience pour les maires par Hollande

Les militants LGBT d’Homosexualités et Socialisme trouvent « choquante » la prise de position de François Hollande reconnaissant la liberté de conscience aux maires pour ne pas célébrer les mariages entre personnes de même sexe.

Les propos du président de la République devant l’Association des Maires de France mardi, reconnaissant la possibilité pour les maires hostiles au mariage homosexuel d’invoquer leur « liberté de conscience » afin de déléguer leur célébration à des adjoints, suscite un malaise à gauche et dans les rangs socialistes en particulier.

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, a beau assurer qu’il n’y avait pas eu, de la part du président Hollande, de recul sur le mariage homosexuel, puisqu’il a indiqué que ce droit s’appliquerait « partout », les militants LGBT d’Homosexualités et Socialisme (HES) trouvent « choquante » la prise de position de François Hollande.

« Si elle ne venait du président de la République, l’invocation d’une ‘liberté de conscience’ pour justifier cette délégation serait tristement fantaisiste. Comme elle vient de l’auteur même de l’Engagement 31, elle est choquante et nécessite une précision, sauf à faire de la loi de la République une notion moins contraignante qu’une option dans un contrat d’abonnement téléphonique », explique Denis Quinqueton, le président d’HES.

Harlem Désir ne voit pas de « recul » du pouvoir en place face au projet de loi sur le mariage et pense que Noël Mamère dénonçant une « victoire idéologique » de la droite « fait une mauvaise interprétation ».

« Après un week-end ou peu de ces fameuses ‘consciences’ ont été étouffées et ou elles ont laissé libre court a leurs penchants haineux et homophobe, voire violent, il est temps que les discours sur le projet de loi ‘Mariage pour tous’ retrouvent le sérieux nécessaire », demande pour sa part HES.
« S’il faut ‘respecter les consciences’, admettons qu’il faut respecter toutes les consciences, y compris les nôtres ! », rétorque fermement Denis Quinqueton au président de la République.
« Les maires qui se sont égarés dans l’opposition à ce projet de loi ne peuvent ignorer le principe constitutionnel de neutralité du service public, qui garantit l’égal accès des services publics – dont le service de l’Etat-civil – à tous les citoyens, sans discrimination », rappellent les socialistes LGBT.

source:http://reloaded.e-llico.com/article.htm?hes-juge-ichoquantei-linvocation-de-la-liberte-de-conscience-pour-les-maires-par-hollande&articleID=29557