Les pro et les anti mariage gay défilent encore ce week-end, un mois après la loi

Les pro et les anti mariage gay défilent encore ce week-end, un mois après la loi

Marche des fiertés LGBT contre cortège de voitures de la Manif pour tous. Un mois après l’entrée en vigueur de la loi Taubira, l’opposition entre anti et pro mariage gay reste vive en France. Malgré la célébration de plusieurs unions de couples de même sexe, les défenseurs du mariage homosexuel restent sur leurs gardes tandis que les sympathisants de la Manif pour tous continuent de descendre dans la rue pour réclamer l’abrogation de la loi.

Ce samedi 29 juin, l’inter-LGBT organise sa première Gay pride à Paris depuis l’adoption du mariage pour tous. Mot d’ordre: « allons au bout de l’égalité ». Les associations de défense des droits des homosexuels réclament désormais l’application complète des promesses de campagne de François Hollande. « Droits des personnes trans, lutte contre les discriminations au quotidien, loi Famille et ouverture de la PMA à toutes les femmes, il y a encore beaucoup à faire », peut-on lire sur le site de l’inter-LGBT.

[youtube]http://youtu.be/DJNq1gWbj6g[/youtube]

En face, la détermination des adversaires de la loi Taubira est elle aussi intacte, malgré le schisme qui s’est opéré entre Frigide Barjot et ses anciens amis de la Manif pour tous. Ce dimanche, ceux-ci appellent à « une grande traversée de Paris avec un cortège de voitures » pour manifester leur opposition à la loi et réclamer le respect de « la liberté d’expression et d’opinion ».


Théorie du genre contre Tour de France pour tous

Ces dernières semaines, les deux groupes de pression ont eu l’occasion de constater que le débat était loin d’être éteint dans le pays. Dans les Pyrénées-Atlantiques, un couple d’homosexuels a dû porter plainte pour discrimination afin d’obliger la mairie d’Arcangues à les marier. Un adjoint au maire s’est finalement dévoué, sous la pression d’une forte amende du ministère de l’Intérieur.

Du côté des anti, la condamnation à deux mois de prison ferme d’un de leurs sympathisants a donné un nouveau souffle aux Veilleurs, obligeant même Frigide Barjot, en froid avec ses anciens amis, à lui apporter son soutien. Incarcéré à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, Nicolas Buss sera jugé le 9 juillet prochain et a reçu le soutien de plusieurs responsables politiques UMP.

Ces incidents n’ont fait que durcir les revendications des uns et des autres. Après l’avis « historique » de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) recommandant d’introduire la notion d' »identité de genre » dans le droit français, l’inter-LGBT attend que « le législateur s’en saisisse pour faire avancer les droits des personnes transsexuelles ».

Farouchement hostile au mariage pour tous, à la théorie du genre comme à la PMA et à la GPA, la Manif pour tous veut continuer à multiplier les actions d’éclat. Des happenings sont notamment prévus sur le parcours du Tour de France cet été.

Et les anti-mariage gay pourraient prolonger leur combat devant les tribunaux, afin notamment de dénoncer la « répression policière » contre leurs manifestants.