-->

Le Portugal ouvre la PMA à toutes les femmes et le recours à la GPA sous certaines conditions

Le Portugal ouvre la PMA à toutes les femmes et le recours à la GPA sous certaines conditions

>> Portuguese lawmakers extend pregnancy rights to gay women

Le Parlement portugais a adopté ce vendredi, à une courte majorité du Bloc de gauche, une loi élargissant aux couples homosexuels féminins et aux femmes seules « le recours à la procréation médicalement assistée », jusqu’ici réservée aux hétérosexuels, ainsi que la « gestation pour autrui », mais « à titre exceptionnel et gratuit » en cas « d’absence d’utérus, de lésion ou de maladie de cet organe qui empêche de façon absolue et définitive la grossesse », ou quand « la situation clinique le justifie ».

Le parlement, qui a basculé à gauche lors des dernières élections législatives en octobre 2015, avait également confirmé en février dernier une loi autorisant l’adoption par les couples de même sexe, forçant ainsi la main au président Cavaco Silva, qui avait mis son veto au texte à la fin de janvier.

Rappelons qu'en Europe, la PMA est déjà autorisée aux couples lesbiens et femmes célibataires en Belgique, en Espagne, au Pays-Bas, en Finlande également, en Suède, au Royaume-Uni, ainsi qu'au Danemark (pour les femmes mariées). Mais reste toutefois en France réservée aux seuls couples hétérosexuels infertiles. Elle faisait partie des « promesses verbales » de campagne de François Hollande en 2012, qui n’a depuis cessé de reculer devant « les vociférations de la Manif pour tous. »

En mars, plus de 130 médecins et biologistes de la reproduction ont publié une tribune dans le Monde, afin de placer la France devant ses responsabilités et ses « incohérences ». Reconnaissant avoir « aidé [et] accompagné des couples et des femmes célibataires dans leur projet d’enfant dont la réalisation n’était pas possible en France », ils dénonçaient l’hypocrisie juridique actuelle et les blocages qui « empêchent l’aboutissement d’un désir d’enfant qui gagne des couples différents et des femmes plus âgées que par le passé ». Le mois suivant, dans l’émission « Questions d’info », sur LCP, Laurence Rossignol, ministre des familles, réengageait « la Gauche », mais pour 2017.

Quant à la GPA, aucune législation ne l’interdisant, elle est de fait autorisée en Belgique notamment ou encore aux Pays-Bas et officiellement légalisée en Roumanie, mais aussi en Irlande et au Royaume-Uni. En France, elle est interdite et même diabolisée, sous la tentation du parapet moraliste « on ne marchandise pas le corps », qui dénature la vision généreuse du don et ne fait qu'induire directement « le développement de circuits parallèles... et dérives ». Encadrer plutôt qu'abolir est la seule réponse qui puisse inscrire notre société dans le progrès, comme le souligne dans une tribune sur le HuffPost,  Alexandre Urwicz, Président de l’Association Des Familles Homoparentales. La famille évolue, la science évolue, la médecine évolue. « Notre devoir est d'accompagner ces changements et non de les craindre, en veillant à ce que chacune et chacun puissent y avoir accès. »

Valentine Monceau
stophomophobie.org

>> Gay women will soon have access to artificial insemination in Portugal after the country’s Parliament approved legal changes widening access to the procedure.

Lawmakers voted Friday to change the law on artificial insemination, which previously was restricted to heterosexuals who were married or living together for more than two years.

The changes also brought legal recognition for surrogacy, but only for women with health problems preventing pregnancy. The measures are due to come into force within weeks.

The changes were largely welcomed by gay rights groups and came after left-of-center parties achieved a parliamentary majority following elections at the end of last year.

Those parties also recently passed legislation allowing same-sex couples to adopt children and removing some abortion restrictions.