-->

Le mariage sous toutes ses formes : Les célébrants ou officiants laïcs proposent une alternative à l’Eglise qui pourrait bien intéresser gays et lesbiennes

Le mariage sous toutes ses formes : Les célébrants ou officiants laïcs proposent une alternative à l’Eglise qui pourrait bien intéresser gays et lesbiennes

Unions : Ni Dieu ni prêtre

Pas de dogme, beaucoup de flexibilité, des lieux parfois insolites, des textes et de l’amour sont quelques ingrédients d’une célébration laïque de mariage. Depuis quelques années, le nombre de célébrants laïcs a sensiblement augmenté en Europe et en Suisse, en réponse à la demande d’une population dont le désir de ritualisation s’est détaché de la religion, sans disparaître pour autant. Si les personnes LGBT ne représentent pour le moment que 10% des personnes faisant appel à un officiant laïc en France, l’adoption du mariage pour tous pourrait changer la donne. Du moins l’espère Mélissa Humbert-Ferrand, officiante depuis une année en France voisine. Elle qui s’est mariée hors des sacrements religieux et s’est retrouvée déçue des prestations de son officiant, a décidé de créer ses propres cérémonies et depuis lors, aide des couples à la partie rédactionnelle et officie aux unions. «La cérémonie est sans valeur juridique, rappelle-elle, elle sert à marquer le coup entre la Mairie et le vin d’honneur, mais c’est un moment, important pour les mariés, où l’on parle des valeurs personnelles du mariage.»

En Suisse, même si certain-e-s officient en tant que dilettantes, une formation est nécessaire pour être reconnu-e comme célébrant-e professionnel-le: une plateforme romande s’est créée, sur laquelle les célébrant-e-s se sont regroupés et partagent leurs spécialités en accord avec une charte déontologique. Autonomie, intégrité, dignité, valeurs et responsabilité de ces personnes, ainsi que respect des convictions et de la confidentialité sont des maîtres mots de la structure. Les personnes faisant appel à un célébrant s’assurent ainsi d’être en de bonnes mains, quelle que soit leur demande. Car les prestations sont diverses, et si certains ne s’occupent que de mariages ou renouvellements de vœux, d’autres célèbrent toutes les transitions de l’existence: naissance, passage à l’âge adulte, unions, décès, promotions, etc. Du coup, la plateforme permet de voir les profils, plus ou moins ésotériques, des quelques huit célébrants romands, pour choisir le sien en connaissance de cause.

Sous toutes ses formes
«Depuis le début de l’humanité on trouve des signes de ritualisation des seuils de l’existence», explique Julien Abegglen, l’un des célébrants romands de la plateforme professionnelle www.celebrants.ch. Or il y a peu, l’Eglise avait le monopole, et de nombreuses personnes ont perdu leurs repères dans le rapport avec le sacré, de même que les ritualisations ont perdu de leur importance. Alors qu’une célébration sert avant tout à reconnaître un vécu, à donner du sens à un passage de vie, ce qui permet de passer à autre chose. «Face à la non-ritualisation, poursuit Julien, deux solutions s’imposent: la religion, qui peut aller jusqu’aux extrémismes, ou la thérapie.» Le désenchantement général qui embrasse nos sociétés peut donc être évité par ce genre de cérémonies qui mettent au premier plan les valeurs humanistes.

Non-conformistes
Pour le moment, le public de ces célébrations est très majoritairement composé de couples mixtes pluriculturels ou à deux confessions, désireux de ne pas mettre en avant l’une des deux religions ou culture, mais de placer au contraire les deux personnes sur pied d’égalité. «Le célébrant doit faire preuve d’une grande ouverture spirituelle, s’adapte aux envies du couple tout en honorant la richesse individuelle, rappelle le célébrant. Si par exemple un couple désire insérer des éléments religieux dans la cérémonie, c’est possible, mais pas dans un cadre religieux, ni autour de valeurs strictement religieuses.» C’est ainsi qu’après plusieurs rencontres, le célébrant devient un accompagnant de confiance à qui il est possible de raconter deuil, souffrance, histoires de couple sans se sentir jugé.

Minoritaires
La proportion des LGBT faisant appel à un célébrant humaniste pour une union reste somme toute très minime, à une sur vingt-cinq par année dans la clientèle de Julien Abegglen. Parmi les arguments avancés, on retrouve outre le manque d’information et les tarifs, la signification même du mariage pour les homos qui ne désirent pas reproduire le schéma des hétéros. Le partenariat enregistré est pour le moment strictement juridique et nombre de gay et lesbiennes ne ressentent pas le besoin de recourir à quelqu’un de formé pour donner sa bénédiction à leur union. Il reste que l’Eglise semble évoluer lentement et que l’envie de spiritualité peut être comblée facilement par ces célébrations.

Une formation disponible
En Suisse, c’est Ashoka, une association basée à Genève, qui s’occupe de former de nouveaux célébrants. Une fois par année, la créatrice de l’association, Jeltje Gordon Lennox, organise des formations thématiques. La dernière session était consacrée aux célébrants de funérailles, afin de pouvoir accompagner des endeuillés, notamment celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans un courant religieux. D’autres modules sont à découvrir sur les site ashoka.ch ou celebrants.ch.

source:http://360.ch/