Le concours Miss Univers, qui a lieu samedi à #Moscou, relance la #polémique autour de la #législation #russe «anti-gay»

Le concours Miss Univers, qui a lieu samedi à #Moscou, relance la #polémique autour de la #législation #russe «anti-gay»

Le co-présentateur américain du concours accuse avec courage la Russie de diaboliser les homosexuels : «La loi russe (sur la propagande homosexuelle, ndlr) marque un chapitre sombre dans l’histoire de la communauté LGBT (lesbienne, bisexuel, gay, transsexuel, ndlr)», a lancé dès son arrivée à Moscou, Thomas Roberts.

Ouvertement gay, il est arrivé dans la capitale russe accompagné de son mari, épousé l’année dernière après avoir fait son coming-out en 2006.

Le président russe Vladimir Poutine a promulgué en juin une loi controversée punissant tout acte de propagande homosexuelle devant mineurs de peines d’amende et de prison. Des ONG ont estimé qu’elle pourrait permettre de poursuivre des homosexuels se tenant par la main dans la rue.

«Ils s’occupent d’un problème qui n’existe pas, et cela créé de nouveaux problèmes car cela permet aux gens d’abuser, de faire du mal et de calomnier la communauté LGBT sous couvert d’une loi contre la propagande qui est tout simplement ridicule», a poursuivi Thomas Roberts, qui est le présentateur de l’émission «MSNBC Live» sur une chaîne d’informations américaine. «Il n’y a aucune raison de diaboliser la communauté LGBT», a-t-il déclaré à l’AFP.

Depuis la promulgation de la loi russe, et alors que l’intolérance envers les gays s’est renforcée ces dernières années en Russie, les critiques de sportifs, d’acteurs et mêmes de ministres de différents pays fusent contre ce texte jugé discriminatoire.

Madonna et Lady Gaga en coeur

Des célébrités telles que Madonna ou Lady Gaga ont élevé la voix.
D’autres, dont l’acteur britannique Stephan Fry, ont même appelé au boycott des jeux de Sotchi, qui auront lieu en février 2014 dans cette ville des bords de la mer Noire.

En août, les Mondiaux d’athlétisme, organisés à Moscou, avaient eux aussi été entachés par la polémique.
Une athlète suédoise avait affiché son soutien au mouvement gay et lesbien en maquillant ses ongles aux couleurs du drapeau de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT.

La star russe de la perche Yelena Isinbayeva avait de son côté défendu la loi lors d’une conférence de presse.
Concernant Miss Univers, la polémique est née bien avant les critiques lancées par M. Roberts.

Le co-présentateur prévu initialement, l’Américain Andy Cohen, ouvertement gay lui aussi, s’était en effet finalement rétracté en août après que la Russie avait été choisie comme hôte du concours, afin de témoigner son désaccord avec la législation russe.
De son côté, Thomas Robert a expliqué avoir de son côté accepté la proposition pour témoigner de son soutien à la communauté gay en Russie, pays où l’homosexualité était considérée comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999.

Soutien russe

«J’ai choisi d’apporter mon soutien à la communauté LGBT en Russie en allant à Moscou et en animant cet événement en tant que journaliste, présentateur et homosexuel», a-t-il dit dans un communiqué.

Il a ajouté lors de son émission que ce choix avait été critiqué par certains, qui l’ont accusé d’avoir trahi la cause homosexuelle.
La présentatrice russe Ksenia Sobtchak a de son côté salué la nouvelle.
«Je n’ai jamais été fan de Miss Univers mais je vais l’être maintenant», a-t-elle écrit sur Twitter.

Thomas Roberts a précisé qu’il ne savait pas si son orientation sexuelle allait être évoquée durant le show samedi.

«Si oui, c’est très bien. Si les spectateurs qui regardent chez eux en apprennent plus sur moi et savent que je suis marié et que mon mari est là je pense que c’est fantastique», a-t-il dit.

«Je ne sais pas si je suis là pour promouvoir les droits des homosexuels. Je pense que je suis là pour promouvoir le fait que les gens comme moi méritent les mêmes droits car nous ne sommes pas différents», a-t-il conclu.

>>

US television host Thomas Roberts, who is in Moscow to present Miss Universe contest and is openly gay, has condemned Russia’s homophobic legislation in what he called dark times for the country.

“The Russian laws obviously are a dark time and a dark chapter in LGBT history here,” Roberts told AFP after arriving in Moscow with his husband ahead of the Miss Universe final on Saturday.

“They’re seeking a solution to a problem that doesn’t exist and meanwhile it causes new problems because it allows people to abuse and hurt and vilify the LGBT community under the guise of some propaganda law that’s just ridiculous.”

The co-host of Saturday’s Miss Universe finally married his partner last year after publicly coming out in 2006. He hosts “MSNBC Live”, a daily news show.

President Vladimir Putin in June signed a law banning promotion of homosexuality to minors that has prompted international outrage and fears that its wording can be used to outlaw any gay pride event.

Similar laws had previously been passed at local level in several cities.

“These laws represent the fact that the government is seeking a solution for a problem that doesn’t really exist. There really is no reason to demonise the LGBT (lesbian, gay, bisexual and transgender) population,” said Roberts.

“In this atmosphere here we’re seeing the problem with homophobia being condoned and these laws actually allowing people to be victimised.”

Among the celebrities to criticise the gay rights situation in Russia are US pop stars Madonna and Lady Gaga. Openly gay British actor Stephen Fry called for Russia to be barred from holding the Olympics in Sochi.

Roberts is co-hosting Miss Universe after its regular co-host Andy Cohen, who is also gay, pulled out, saying he was not comfortable with coming to Russia because of the law.

Roberts said on his show on Tuesday that he had faced accusations of being a “LGBT sellout” for not boycotting the event in Moscow.

He came to show his “support of the LGBT community in Russia… as a journalist, an anchor and a man who happens to be gay,” he said in a statement.

Russian opposition activist and television host Ksenia Sobchak on Thursday praised Roberts for his decision to come and “show an example.”

“I was never a fan of Miss Universe but now I will be,” she wrote on Twitter.

Roberts said he did not know whether his orientation would be mentioned during Miss Universe.

“If it does (come up) — great. If people and the viewers at home that are watching learn more about me and know that I’m married and my husband is here, I think that’s fantastic.

“I don’t know if I’m here to promote gay rights, I think I’m here to promote that people like me deserve equal rights, because we are no different than any one else,” Roberts said.

Roberts has regularly covered gay rights in Russia on his show.

He criticised what he called a “disturbing trend” for US conservatives to advise Russian lawmakers on gay issues.

In October, a discredited American psychologist, Paul Cameron, advised a parliamentary roundtable in Russia.

Writing on Twitter, a Russian lawmaker quoted Cameron as saying that statistics showed 15 percent of gay people thought it was OK to have sex with children aged under 15.

But Roberts said that he believed the fact that US conservatives were turning to Russia proved their strategy had failed at home.

Such attempts “to try to enact homophobic laws only prove how much they’re failing back in the US,” he said.