Environ 78 pays dans le monde interdisent encore l'homosexualité, et une dizaine condamnent les homosexuels à la peine de mort

Environ 78 pays dans le monde interdisent encore l'homosexualité, et une dizaine condamnent les homosexuels à la peine de mort

Environ 78 pays dans le monde interdisent encore l’homosexualité, et une dizaine condamnent les homosexuels à la peine de mort, tandis que de plus en plus d’autres légalisent l’union voire le mariage des couples de même sexe.

La peine de mort dans certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient

Voici une anecdote qui en dit long sur le statut des homosexuels en Iran. Un responsable iranien, dont le travail consiste à protéger les droits de l’Homme, a décrit en mars dernier l’homosexualité comme « une maladie qui doit être guérie », faisant suite au préoccupations exprimées par l’ONU concernant la persécution systématique de la communauté gay, lesbienne, bisexuelle et transgenre à travers le pays, relate The Guardian. « Promouvoir l’homosexualité est illégale et nous avons des lois sévères contre elle », avait-il ajouté.

Mais l’homosexualité en Iran est surtout « guérie » par la peine de mort : le pays, en effet, est celui qui enregistre le plus de condamnés à la peine capitale pour « délit » de sodomie, notamment puni par les articles 232 à 233 du code pénal. Si l’homme qui se livre à cette pratique n’est pas marié, il encoure alors « seulement » 100 coups de fouets – tout comme les lesbiennes.

L’homosexualité est également illégale au Soudan, où s’applique, notamment, la charia. Si les hommes sont condamnés à mort dès le premier rapport incriminé, les femmes, elles, sont battues à coup de fouet – 100 fois – après les 3 premiers rapports. C’est à partir du quatrième qu’elles sont condamnées à la peine capitale.

Quant au nouvel État du Soudan du Sud, né le 9 juillet 2011, les perspectives ne sont guère plus réjouissantes. Le président Salva Kiir avait déjà prévenu avant l’indépendance : l’homosexualité ne sera pas acceptée, au motif qu’elle « n’est pas dans notre caractère […] et sera toujours condamnée par tout le monde. » Il avait, ainsi, promis la démocratie, l’égalité et la justice pour tous, exception faite des homosexuels, relate Sudan Tribune.

L’Arabie saoudite est l’un des quatre pays arabes où les actes homosexuels sont non seulement illégales, mais aussi passible de la peine capitale selon l’article 264. Les homosexuels y sont ainsi décapités au sabre, affirme Act Up Paris.

En Russie, un durcissement de la loi

En Russie, les droits des homosexuels ne prennent pas du tout le même chemin que celui des autres pays européens. Les députés russes réintroduisent en effet, peu à peu, la censure abolie en 1991.

>>Nous avons mis en place une pétition à l’intention des Présidents de toutes les entreprises, partenaires et fournisseurs mondiaux des Olympiques pour leur demander de cesser leur « sponsoring » et/ou dénoncez les conséquences des lois contre la « propagande » gay en Russie : http://www.change.org/fr/pétitions/partenaires-et-fournisseurs-des-j-o-de-sotchi-dénoncez-les-conséquences-des-lois-contre-la-propagande-gay-en-russie

Plus le nombre de noms recueillis sera élevé, plus la probabilité d’une action contre les lois homophobes russes, de la part du Comité international Olympique grandira, c’est pourquoi il est important de signer et de faire circuler les pétitions sans modération.