Belgrade:Le patriarche de l'Eglise serbe demande l'interdiction de la Gay Pride

Le patriarche de l’influente Eglise orthodoxe serbe (SPC), Mgr Irinej, a demandé au Premier ministre Ivica Dacic d’interdire la tenue de la Gay Pride de Belgrade, prévue le 6 octobre, dans une lettre publiée mercredi sur le site de la SPC.

« Je ne pensais pas que je serais obligé cette année encore de vous demander et d’exiger, au nom de la SPC et de ses fidèles (…) d’empêcher la tenue de la Gay Pride, nom tragi-comique donné à ce qui est une parade de la honte », écrit Mgr Irinej dans cette lettre.

Mgr Irinej a, par ailleurs, demandé à Ivica Dacic « d’empêcher la tenue de la scandaleuse exposition de photographie de l’artiste suédoise Elisabeth Ohlson Wallin », prévue mercredi dans la soirée à Belgrade.

« Cette exposition, qui est profondément outrageuse, est promue par les homosexuels et les organisateurs de la Gay Pride », fait valoir Mgr Irinej.

La Gay Pride « jette une lourde ombre morale sur notre ville, sur notre culture chrétienne et sur la dignité de nos familles », a ajouté le patriarche.

Dans le cadre des activités liées à la Gay Pride, les organisateurs prévoient notamment d’inaugurer à Belgrade une exposition d’Elisabeth Ohlson Wallin intitulée « Ecce homo », une série de photographies montrant Jésus en compagnie d’homosexuels, de transsexuels et de personnes atteintes du virus du sida.

Dans la journée, l’ambassade de Suède à Belgrade a annoncé dans un communiqué la présence vendredi et samedi dans la capitale serbe de la ministre suédoise chargée des Affaires européennes, Birgitta Ohlsson, et son
intention de participer et de prendre la parole à la Gay Pride.

« Ma présence et mon discours à l’occasion de la Gay Pride à Belgrade sont un acte de solidarité », déclare Mme Ohlsson citée dans le communiqué. « La persécution de personnes en raison de leur orientation sexuelle (…) et est inacceptable. Les parades de la Gay Pride représentent un test révélateur sur le respect des droits de l’Homme par un Etat », ajoute-t-elle.

Le Premier ministre avait laissé entendre en début de semaine que le défilé prévu samedi pourrait être interdit « si les services de sécurité arrivent à la conclusion qu’il représente un risque sécuritaire ».

Les autorités serbes ont interdit en 2011 la Gay Pride, ainsi que plusieurs rassemblements contre celle-ci, pour les mêmes motifs.

En 2010, la Gay Pride avait été suivie de violents affrontements entre les forces de l’ordre et des groupes de la mouvance ultranationaliste, auxquels s’étaient joints des hooligans supporters de football. Plus de 150 personnes, notamment des membres des forces de l’ordre, avaient été blessées.