A Montpellier, un élu municipal ex-FN, « enterre » le drapeau arc-en-ciel pour « dénoncer le lobby LGBT »

A Montpellier, un élu municipal ex-FN, « enterre » le drapeau arc-en-ciel pour « dénoncer le lobby LGBT »

A l'occasion de la semaine internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, le maire de Montpellier, Philippe Saurel, avait décidé de hisser ce mardi le « rainbow flag » devant l'hôtel de ville, au cours d'une cérémonie au nom de la diversité. Une initiative bien fondée qui aura toutefois déplu à Djamel Boumaaz, conseiller municipal sans étiquette après avoir été apparenté FN.

Dans une vidéo, dénoncée par Midi Libre, l'élu, en manque de communication, se filme ainsi en train de détacher le drapeau avant de l'enterrer au pied du mât « pour alerter l'opinion publique sur le lobby LGBT, sur ce qui se passe à la mairie de Montpellier ».

« Ces lobbies sont en train d'infiltrer nos institutions, nos collectivités, nos écoles et bientôt nos crèches », lance Djamel Boumaaz face à la caméra. « Hier, le maire a décidé de hisser le papier au nom de la diversité - diversité qui me semble bafouée. Pour moi, la diversité ce n'est pas le black-blanc-beur mais le bleu-blanc-rouge. Aujourd'hui ce qui se passe à Montpellier est très grave. Le maire en juin dernier a signé la Charte de la LGBT, charte qui lutte contre les discriminations et notamment les discriminations liées à l'orientation sexuelle, voire déviance sexuelle ».

Armé de sa pelle, il a désespérément tenté de creuser le sol pour finalement, essoufflé, recouvrir l'étendard de touffes d'herbe en invitant le maire « à venir lui-même remonter le drapeau ».

Philippe Saurel a immédiatement condamné « cet acte d'intolérance » et réaffirmé « que les manœuvres d'intimidation ne viendront pas ébranler son engagement en faveur de la lutte pour l'égalité des droits ». Le drapeau a d'ailleurs été réinstallé dans l'après-midi.

La présidente de la région n'a pas non plus apprécié et condamné la nature de l'acte, en exprimant son soutien à Philippe Saurel.

Vincent Boileau-Autin, président de la Lesbian et gay pride (LGP) de Montpellier, a également pris position et dénoncé « un attentat à la diversité » : « Montpellier est une ville de tolérance et elle le restera ! »

« Quand une personne semblant être en souffrance de notoriété, issue des rangs du Front National et élue de l'opposition de Montpellier, exploite et utilise les LGBT à des fins de communications, stigmatise, insulte, discrimine une population au moment de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, et décroche le drapeau rainbow flag hissé le matin même sur le fronton de la Mairie, le coupe et l'enterre sous fond de propos qualifiant l’homosexualité de déviance, les valeurs de la République s'en voient piétinées ! Je demande au Maire de Montpellier Philippe SAUREL la plus grande fermeté en sanctionnant cet élu sans complaisance, je demande également à l'ensemble du Conseil Municpal de Montpellier opposition comprise, de condamner cet attentat à la diversité, à liberté, à l'égalité, et à la fraternité.
Je me réserve le droit au nom de l'association dont je suis le Président de déposer plainte ce jour. Pour l'heure notre cabinet d'avocats travaille dans cette perspective.
Ce monsieur semble désirer un peu de notoriété, malheureusement nous allons lui en donner mais les valeurs de la République doivent être respectées. »

2 Comments

Comments are closed.