Violences homophobes commises en réunion à Orléans : Mousse se constitue partie civile aux côtés des deux victimes

Violences homophobes commises en réunion à Orléans : Mousse se constitue partie civile aux côtés des deux victimes

Dans l'après-midi du 16 juillet 2017, Aykut Soylu, la vingtaine, a fixé deux rendez-vous distincts à des jeunes hommes rencontrés sur l'appli gay Hornet. Un guet-apens en vérité.

La première victime, qui attendait comme prévu à l'endroit indiqué, a finalement été rouée de coups, par une dizaine d'individus, avant l'intervention des services de police, qui l'ont pris en charge. Certains membres du groupe ont toutefois réussi à s'échapper et poursuivre leur déferlement sur le second garçon, qui patientait un peu plus loin. Il a lui aussi été frappé, au visage et corps, jusqu'à ce que les policiers, déjà présents, finissent par maitriser la bande.

Malgré les plaintes déposées par les deux jeunes, le Procureur de la République d'Orléans a classé ces affaires sans suite.

Mousse a donc décidé, ce 14 mars, de se constituer partie civile contre Aykut Soylu, afin qu'une enquête soit menée par un juge d'instruction dans ce dossier.

Comme le déplore notre conseil, Me Deshoulières, « ces faits reflètent la réalité des violences commises à l'encontre des homosexuels en France. »