Vidéos. Maroc : Un homme lynché par la foule en raison de son homosexualité présumée

Vidéos. Maroc : Un homme lynché par la foule en raison de son homosexualité présumée

Ce lundi 29 juin, "une foule déchaînée a failli battre à mort un homosexuel à Fès". Les vidéos de la scène de tabassage rapidement relayées sur les réseaux ont suscité émoi et indignation, particulièrement dans la presse locale marocaine qui parle de "barbarie digne d'une bourgade syrienne sous le contrôle" du groupe jihadiste Etat islamique.

Diffusée par le site Goud, la victime, un travesti, poursuivie par des jeunes, essaie de se réfugier dans un taxi. Mais rapidement encerclé et roué de coups par toute une "meute" qui va continuer de grossir, elle finit par s'écrouler. Les gens n'avaient pas apprécié sa tenue vestimentaire ni d'ailleurs sa démarche, jugée trop efféminée.

Au bout d'un moment, le jeune homme va se relever, pour essayer de s'abriter dans un commerce. Et c'est l'intervention d'un policier, "contraint de brandir son arme", comme le rapporte Goud, que la foule va lâcher prise.

Le pire, c'est que cette personne qui a manqué de se faire assassiner par une population d'excités, pourrait désormais faire également l'objet de poursuites, l'homosexualité, à priori jusqu'aux suspicions et rumeurs, étant passible de peines de prison.

 

Contacté, un responsable local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), Mustapha Jebbour, a affirmé qu'une audience était même prévue ce mardi devant un tribunal de la ville.

Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Intérieur n'a pas tout de suite donné suite. Mais le Parquet près le tribunal de première instance a décidé d’ouvrir une enquête. C’est ce qu’indique dans un communiqué Me Mohamed Zouaki, Procureur du roi près le tribunal de première instance de Fès, relayé par les services centraux du ministère de la Justice et des Libertés, comme le rapporte également le360.ma. Le magistrat affirme que cette affaire sera traitée avec toute la fermeté possible et rappelle que personne n’a le droit de se substituer à l’Etat pour sanctionner les violations des lois en vigueur.

Terrence Katchadourian
La rédac. de Stop Homophobie