-->

« Tristes réalités » à Fontenay : le vœu contre l’homophobie boudé par l’opposition divers droite

« Tristes réalités » à Fontenay : le vœu contre l’homophobie boudé par l’opposition divers droite

Alors que ce vendredi est la journée en mémoire des victimes de transphobie, et après l’agression dont a été victime Clément et Aaron, un couple homosexuel à Montpellier, le conseil municipal de Fontenay, qui s'est réuni ce jeudi soir, a décidé d'adopter un vœu contre les discriminations que subissent les personnes LGBT.

Les élus ont ainsi condamné les atteintes aux Droits de l’Homme, dénoncé les actes homophobes et leur hausse dans le pays, rappelant leur attachement aux valeurs de liberté, d’égalité et d’épanouissement de toutes et tous. Avant de réaffirmer l'engagement de la ville « dans la lutte contre l’homophobie et la transphobie, notamment au travers de partenariats avec le monde associatif, culturel et militant, d’adoptions de chartes et de son implication dans les prochaines journées mondiales de lutte contre l’homophobie et la transphobie. »

« Première pierre d’une démarche, ce vœu débouchera sur des initiatives en direction de la population dès 2016 », défend Yohan Rispal (PRG), conseiller municipal délégué aux déplacements et initiateur de ce vœu.

Il y a quelques années, la ville avait voté la suppression des mention « Mademoiselle » des formulaires administratifs, quelques semaines avant que cette suppression ne soit décidée au niveau national.

L’opposition divers droite n'a pas souhaité participer à ce vote ni d'ailleurs à celui concernant des questions environnementales.

« L’urgence ne se trouve pas là moins d’une semaine après les attentats », tempête Gildas Lecoq (UDI) conseiller municipal d’opposition. « Ces deux vœux peuvent être reportés d’un mois. Nous aurions préféré un vœu d’unité sur la lutte locale contre le terrorisme. »

« Justement, à l’heure où notre pays est frappé par la barbarie, tous les combats pour l’épanouissement des êtres humains et des libertés doivent se poursuivre et s’amplifier » , a rétorqué Yoann Rispal.

Rappelons que ce dimanche 22 novembre, une « Marche pour la tolérance » est prévue ce dimanche 22 novembre, avec le soutien de la Lesbian and Gay Pride et du Club de la presse du Languedoc-Roussillon. Le départ est annoncé pour 15h Place du Nombre d'Or à Montpellier et le cortège devrait évoluer jusqu'au Peyrou, où aura lieu une minute de silence en hommage aux victimes, spécialement à Hugo, jeune étudiant de 23 ans de la Faculté des Sciences de Montpellier, tombé au Bataclan.

Les organisateurs demandent à toutes les personnes présentes de venir avec une rose blanche et sans bandeaux, banderoles ni slogans politiques ou syndicaux.