« The Danish Girl » : trop « dépravé » pour le Qatar qui interdit la projection du film dans ses salles de cinéma

« The Danish Girl » : trop « dépravé » pour le Qatar qui interdit la projection du film dans ses salles de cinéma

« Nous tenons à vous infor­mer que nous avons contacté l’ad­mi­nis­tra­tion concer­née et la projec­tion de « Danish Girl » est désor­mais inter­dite » a indiqué ce lundi 11 janvier le minis­tère de la Culture du Qatar sur Twit­ter, remerciant pour l’occasion  la « vigi­lance sans faille » des internautes qataris, qui se sont indignés contre le caractère « dépravé » du long-métrage de Tom Hooper (Le Discours d’un roi, Les Misérables), à l’affiche dans certaines salles de cinéma depuis le début du mois.

Un employé d’établissement de la capitale aurait confirmé, sous couvert d’anonymat, que le film avait bien été retiré à la demande des autorités.

« The Danish Girl », dont la sortie est prévue en France le 20 janvier, l’acteur Eddie Redmayne, oscarisé pour « Une merveilleuse histoire du temps », incarne l’artiste danoise Lili Elbe, la première personne à avoir subi une opération chirurgicale pour changer de sexe en 1930. Pionnière, elle décédera après cinq opérations l’année suivante des suites d’un rejet de greffe d’utérus. Le long-métrage témoigne de son histoire d’amour avec son épouse, Gerda Wegener, interprétée à l’écran par l’actrice suédoise Alicia Vikander.

[spacer]

[spacer]

Ce n’est bien évidemment pas la première fois que l’émi­rat censure un film. En 2014, La fresque biblique de Ridley Scott « Exodus », accusée de « personnifier des prophètes et Dieu », était interdite « en raison d’erreurs religieuses et historiques ».
« Le Loup de Wall Street » de Martin Scorsese avec Leonardo DiCaprio en « trader intoxiqué au fric et au sexe » avait également été charcuté l’année précédente de plus de 45 minutes... Et si cela peut paraître surprenant, la mesure est largement sollicitée par la popu­la­tion, qui soutien­drait en majo­rité le gouver­ne­ment dans sa condam­na­tion du cinéma étran­ger. D’après une enquête réalisée il y a deux ans par la Western University du pays, « 80% des personnes interrogées estimaient tout à fait approprié de supprimer les scènes qui pourraient être considérées comme offensantes ».

Joëlle Berthout
stophomophobie.org

3 Comments

Comments are closed.