-->

« Dix-sept » : un court-métrage pour dénoncer les discriminations que subissent les homosexuels au Mali (VIDEO)

« Dix-sept » : un court-métrage pour dénoncer les discriminations que subissent les homosexuels au Mali (VIDEO)

Fasséry Kamissoko est un acteur malien de 18 ans, militant LGBT malgré les risques, qui a réalisé « Dix-sept », un court-métrage qu'il nous a fait parvenir pour dénoncer les violences homophobes, également vécues quotidiennement dans son pays « par d’abondants jeunes » martyrisés en raison de leurs « différences ».

le-jeune-realisateur-malien-fassery-kamissokoCar si le cadre juridique malien « consacre les libertés individuelles », aucune disposition ne protège cependant les personnes LGBT, perçues par la population comme « des délinquants de l'Occident », l'homosexualité étant bien évidemment « un modèle imposé ». Certains chefs religieux musulmans ont même qualifié la sanglante attaque du « Radisson Blu » de Bamako (perpétrée en novembre dernier par des djihadistes) de « châtiment divin » parce que « les homosexuels prospéraient dans la société ». Une « pratique » ne s’accommodant pas aux mœurs et coutumes, alors comment en faire sa promotion ?!

Des propos qui, s'ils ont choqué l'opinion, démontrent cette tragique « non-acceptation de la différence sexuelle et identitaire » que Fasséry souhaite pouvoir « infléchir vers une tolérance dans le respect des droits de chaque citoyen et citoyenne ».

« Le supplice du jeune "Faysal", que j’interprète, va crescendo. Ça commence par des brimades multiples, des moqueries… Puis, c’est le passage à tabac, assorti d’humiliations diverses dans la cour du collège. Donc oui, je puis résumer le fond de ce film comme un appel à l’aide et à la solidarité, mais "Dix-sept" est avant tout un "gros coup de poing" contre l’indifférence, adjointe à l’aveuglement et à la passivité du peuple face au harcèlement, notamment scolaire. Les dessins sont très durs, mais ils matérialisent une violence que l’on préfère taire », explique-t-il, dénonçant « les conditions discrètes, voire ignorées d'une communauté discriminée ».

« Le film renvoie chacun à sa conscience en l’invitant à se demander si un jour il a pris part à ce genre de collaboration passive », mais il se termine aussi par un poème prometteur (que vous retrouvez ci-dessous), ajoute Fasséry, qui espère que son film « fera bouger les consciences gouvernementales et sociétales ».

Le jeune homme, qui vient aussi d'intégrer le casting d’une série, travaille déjà sur un prochain court-métrage, que nous devrions découvrir très bientôt.

Témoignage recueilli par Joëlle Berthout.
Stophomophobie.org

Dix-sept
-----------

L’âge
L’érotisme des amants
La vie
Tous m’ont punis
Incestueusement, l’agora m’humiliait
Jalousement, les leurs mutilaient mon âme
Je n’étais pas un homme, ni une femme d’ailleurs
Je fus pour tous
Une bête de foire
Et mon sang pleuvait
Dans Mahomet l’idolâtre
Et mon honneur câlinait
La vierge salope
Dix-sept
Je voudrais à jamais glorifier
Mon vagin saucisse
Et en faire une divinité
Dix-sept
Je veux à jamais effleurer l’amour
Dix-sept
Dieu mourra en moi, et dans mes dix-sept éclipses