-->

Consternation, émotion, solidarité et indignation : Nous sommes toutes et tous Charlie Hebdo

Consternation, émotion, solidarité et indignation : Nous sommes toutes et tous Charlie Hebdo

Une fusillade a éclaté mercredi matin dans un immeuble abritant les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie-Hebdo. Les éléments font état d'une attaque menée par deux hommes armés, qui auraient fait une douzaine de morts dont des policiers et les célèbres Jean Cabut "Cabu", Stéphane Charbonnier "Charb", Bernard Verlhac "Tignous", Georges "Wolinski", dessinateurs satiriques et caricaturistes du journal, ainsi que Bernard Maris, grand économiste médiatique, journaliste, et chroniqueur sur France Inter.

4426041_fusillade_545x460_autocrop"Vers 11h30, les deux hommes armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquettes, ont fait irruption au siège du journal satirique 'Charlie Hebdo', dans le 11e arrondissement de Paris. Un échange de coups de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a expliqué une source proche de l'enquête.

Un salarié joint par 20 Minutes a évoqué «un véritable massacre», avant que la communication ne soit coupée.

D'après un journaliste de l'agence Premier ligne, dont les locaux sont situés à proximité de Charlie-Hebdo et cité par I Télé, «de très nombreux tirs ont été entendus». Contacté par l'AFP, le dessinateur Luz assure qu'il y a des victimes. Devant l'immeuble, un témoin a entendu "40-50 coups de feu"et vu deux personnes encagoulées partir au volant d'une C1.

charlie-hebdoSoutien à Charlie Hebdo qui avait déjà fait l'objet de menaces à l'époque de l'affaire des caricatures du prophète Mahomet, en 2012. Une tentative d'incendie avait frappé les locaux. Mais on ne sait pour l'instant rien des motivations des assaillants.

France Télévisions diffuse des images de l'attaque, filmées par le journaliste Martin Boudot, de l'agence Premières Lignes, depuis un immeuble situé à proximité du bâtiment.

Selon François Hollande : "Aucun acte barbare ne saura jamais éteindre la liberté de la presse. Nous sommes un pays unis qui saura réagir et faire bloc."

Le plan vigipirate a été relevé au niveau «alerte attentats», le plus élevé, en Ile-de-France.
Sur les réseaux circule la photo d'un des policiers blessés et abattu à bout portant. Il s'appelait Hamed et était musulman.

A Paris, le Syndicat national des journalistes invite à un rassemblement citoyen à 17H place de la République, pour la liberté de la presse, la démocratie, la République. Demain à la même heure, Anne Hidalgo, MAIRE de Paris, a invité "tous les Républicains" à défiler dans le silence.
• A Nantes, rendez-vous est donné à 18H, place Royale.
• A Besançon, un rassemblement en hommage aux victimes de l'attentat aura lieu à 17H30, place Pasteur, selon France 3 Franche-Comté.
• A Toulouse, l'Association des Journalistes de Toulouse et de Midi-Pyrénées invite au rassemblement à 18H place du Capitole, "en hommage à la liberté de la presse et en soutien à Charlie Hebdo".
• A Lille, un autre rassemblement sera organisé à 18H place de la République.
• A Strasbourg, rendez-vous est fixé à 18H30 place Kléber.
• A Nîmes, le club de la presse du Gard organise un rassemblement à 18H devant les arènes de Nîmes en hommage à la rédaction de Charlie Hebdo.
• A Montpellier, le rassemblement se tiendra à 18H devant le club de la presse, rapporte le quotidien régional Midi Libre.
• A Lyon, le maire Gérard Collomb a annoncé un rassemblement place des Terreaux à 18H.
• A Rennes, rendez-vous est donné à 17H par le club de la presse, au 9 rue Martenot.
• A Limoges, le rassemblement se déroulera demain à 10H30, parc Victor-Thuillat, à l'appel du club de la presse.

La mosquée Al-Azhar, plus haute autorité de l'islam sunnite, condamne l'attentat contre .

Consternation,-émotion,-solidarité,-indignationBoubakeur, recteur de la mosquée de Paris : «La communauté est abasourdie.» «Nous sommes horrifiés par la brutalité et la sauvagerie dans les locaux de Charlie Hebdo, réagit Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman, au micro d'Europe 1. Nous condamnons absolument ces faits de ce genre et nous attendons des autorités les mesures les plus justes. La communauté est abasourdie par ce qui vient de se passer. C'est un pan entier de notre démocratie qui est gravement atteint.» Et d'ajouter : «C'est une déclaration de guerre fracassante. Les temps ont changé, nous entrons dans une nouvelle période de cette confrontation.»

Le bureau du Saint-Siège a également fait part de sa condamnation pour l’« atteinte à la liberté de la presse, aussi importante que la liberté religieuse ».

« L’Église en France adresse d’abord ses pensées aux familles et aux proches des victimes qui se trouvent face à l’horreur et à l’incompréhension. Elle assure aussi la rédaction et l’équipe de Charlie Hebdo de sa grande tristesse », peut-on lire dans le communiqué.

« Une telle terreur est évidemment inqualifiable. Rien ne peut justifier une telle violence, poursuit le porte-parole de l’épiscopat, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, signataire du texte. Elle touche de plus la liberté d’expression, élément fondamental de notre société. »

Il estime que « la barbarie ainsi exprimée dans cet assassinat nous blesse tous ». « Nous devons plus que jamais redoubler d’attention à la fraternité fragilisée et à la paix toujours à consolider », ajoute l’épiscopat.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a exprimé depuis Rome, son horreur et sa profonde compassion pour les familles et les amis des victimes. Avec les catholiques de Paris, il condamne cet "acte de barbarie" et appelle plus que jamais à "travailler pour construire des relations de paix et de respect mutuel dans notre société".

Les agresseurs sont en fuite

En quittant les lieux, les agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite braqué un automobiliste et percuté un piéton.

@stop_homophobie