Comité Idaho Les prêtres pas légitimes à s'exprimer sur le mariage homo

Le comité Idaho (International day against homophobia and transphobia) France a estimé dimanche que les prêtres de l’Eglise catholique n’étaient pas légitimes à s’exprimer sur le mariage homosexuel, car ils « ne connaissent pas la famille puisqu’ils n’en ont pas ».

Alexandre Marcel, vice-président du comité Idaho France, a réagi auprès de l’AFP aux nombreuses déclarations de responsables catholiques qui ont émaillé ces derniers jours, et notamment celles du cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évèques de France réunis ce week-end à Lourdes, qui a fustigé le mariage homosexuel.

« En quoi les prêtres catholiques, qui ne connaissent pas la famille puisqu’ils n’en ont pas (le célibat leur est imposé), sont-ils légitimes à s’exprimer sur le sujet? », s’est interrogé Alexandre Marcel.

« Je conseille au cardinal Vingt-Trois, avant de s’occuper de la sexualité des homosexuels, de s’occuper de la sexualité des prêtres. On a quand même beaucoup plus d’échos sur la pédophilie des prêtres que de celle qu’on voudrait imputer aux homosexuels », a-t-il déclaré, ajoutant: « Que l’Eglise balaie plutôt devant sa porte! »

Mercredi, l’avant-projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels sera présenté devant le Conseil des ministres. Les grandes religions (catholiques, protestants, musulmans, bouddhistes) ont exprimé leur opposition.

Alexandre Marcel avait déposé plainte samedi après avoir été agressé la nuit précédente dans une discothèque gay du Marais à Paris par cinq hommes disant vouloir « punir les pédés au nom du Coran ».

Dimanche, il a appelé certains internautes s’exprimant suite à cette affaire à cesser de « stigmatiser l’islam et les musulmans », ne voulant pas tomber dans une « instrumentalisation ».

« A quoi bon lutter contre l’homophobie si c’est pour tomber dans le racisme? La vérité, c’est que le mot islam veut dire paix, et qu’il y a des intégristes partout. Le Comité Idaho demande donc aux autorités religieuses de toutes sortes, qu’elles soient musulmanes ou pas, de s’engager clairement contre l’homophobie », a-t-il dit.