Brèves d'homophobies : la haine gagne du terrain.

Cette demoiselle, qui vit dans le Kentucky, U.S.A., dont l’anonymat est préservé, a vécu ce qu’il convient d’appeler un cauchemar. Et elle n’est agée que de 16 ans. C’est une gamine. Une gamine qui a été violentée et blessée par quatre sauvages d’une vingtaine d’années qui beuglaient des injures homophobes durant l’agression.

Une gosse seule contre quatre abrutis.

Elle se promenait tranquillement avec deux de ses amis quand les 4 individus ont commencé a les suivre. Sentant la menace, les deux amis ont tout de suite averti leur parents qu’ils étaient suivis et qu’ils devaient les rejoindre de toute urgence, mais entre temps, les coups avaient déjà commencés a pleuvoir. Seule contre quatre, elle a eu à subir des violents coup de pieds, notamment au visage, et a été inondée sous une pluie d’injures homophobes beuglées et hurlées par ses agresseurs.

La très jeune victime, choquée, a eu la mâchoire brisée a plusieurs endroits, a perdu plusieurs dents, et est contusionnée et couverte d’éraflures et d’hématomes sur tout le corps.

Il paraît que la police enquête…

La famille, extrêmement choquée par la violence et la gratuité de tels actes, demande a ce que le crime soit jugé en tant que « crime de haine ».

Même genre d’histoire, cette fois en Belgique…

« Est-ce que tu vous êtes gays ? » « Oui »

Voilà le point de départ d’une nouvelle agression homophobe en Flandre, dans un café aux alentours de la gare de la ville d’Alost. Il est 1h45 du matin dans la nuit de Mercredi 18 à Jeudi 19 Juillet quand un couple d’hommes agés de 35 et 55 ans est pris à parti par deux frères de 20 et 28 ans qui leur demandent si ils sont homosexuels. A leur réponse affirmative débute une agression d’une violence inouïe, a base de coups de chaise et de queue de billards nottament. Quand les deux agresseurs ont eu terminé, ils ont balancé une table de terrasse à travers la vitre du café et ont pris la fuite vélomoteur.
Le jeune homme de 35 ans a été transporté a l’hôpital entre la vie et la mort, mais ses jours ne sont à présent plus en danger, alors que son compagnon, profondément traumatisé, a pu regagner son domicile après avoir reçu les premiers soins.
Les auteurs de cette affreuse agression ont été interpellés plus tard lorsqu’eux aussi se sont présentés aux urgences pour se faire soigner. Connus de la justice, ils ont étés mis à la disposition du parquet de Termonde, et ont étés présentés au juge d’instruction aujourd’hui.

A Rainbow Brest, on a envie de redire a nouveau qu’on se battra contre toutes ces injustices et tous ces actes ignobles jusqu’au bout, mais aujourd’hui, ce qui prédomine, c’est la peur face a cette montée extrémiste et terroriste, et la surmultiplication de ces attaques inhumaines. On serre les poings, les dents, on retrousse les manches, et on se prépare a montrer encore et toujours notre détermination et notre engagement.
Si nous laissons la haine gagner, vers quel monde allons nous…? Publié par