Blued : une bouffée d’oxygène pour l’application chinoise gay

Blued : une bouffée d’oxygène pour l’application chinoise gay

>> China now boasts the world’s most popular gay matchmaking app

Un ancien policier qui a fondé une application de rencontres pour les gays espère pouvoir compter sur le réseau pour libérer la communauté homosexuelle à travers le monde, après avoir trouvé un financement de 30 millions de dollars pour son programme.

Geng Le, le créateur de Blued, a fait cette annonce très médiatisée après que le PDG d'Apple Tim Cook ait reconnu son homosexualité, ce qui a été pour le Chinois un grand encouragement.

«Grâce à cet investissement, nous disposons maintenant d’un plan à long terme pour concevoir et mettre en place "Pinkd" l’application de réseautage lesbien, donnant des opportunités de rencontres et pourquoi pas trouver le véritable amour», a-t-il expliqué à China Daily.

«Nous visons au finale une IPO, qui célébrera la culture gay et les entreprises et plus important encore, démontrer une tolérance sociale dans le pays».

La Chine a légalisé l'homosexualité en 1997, retirée de la liste des maladies mentales en 2001, mais «la stigmatisation sociale et la discrimination continuent de sévir aujourd'hui», a-t-il noté.

Actuellement, l'équipe de Geng est composée de 40 membres, les deux-tiers étant ouvertement homosexuels, qui travaillent en étroite collaboration pour faire de Blued un espace plus convivial et attirer plus d'utilisateurs.

L’application compte environ 15 millions d'utilisateurs enregistrés, dont plusieurs étrangers, avec chaque jour une moyenne de 3 millions de connexion.

Les statistiques précédentes estimaient la population masculine gay chinoise à près de 40 millions de personnes.

«Cette opération financière pour Blued marque un record parmi tous les investissements pour une entreprise gay, et je suis vraiment fier que cela arrivé en Chine», a souligné le responsable.

Précisant que mise à part une incitation d’un marché lucratif, cela reflétait une bien plus grande tolérance envers les homosexuels.

Geng connaît ce combat, si ce n’est ce désespoir de la communauté à acquérir une identité, une dignité et un respect social.

Avant le lancement de Blued en 2011, il gérait le site Danlan dédié à la culture gay. «Ce site a été temporairement fermé sans raison motivée avant 2007, mais heureusement, nous avons assisté à un changement radical, en particulier au cours des cinq dernières années».

En 2009, Geng a quitté son emploi à Qinhuangdao (sa ville natale dans la province du Hebei), pour s’installer à Beijing et administrer le site Web Danlan. Ayant dans son entourage des amis gays touchés par le VIH/Sida, Geng a alors commencé à diffuser des informations préventives sur le site en partenariat avec des organismes de santé publique.

Un dépistage gratuit du VIH dirigé par son bureau aide actuellement au quotidien une dizaine d’homosexuels.

«Avec de telles initiatives soutenues par le gouvernement, nous pouvons survivre et prospérer».

En 2011, pour honorer sa contribution dans la lutte contre le sida, Geng a fait partie d'un petit groupe de dirigeants d'ONG qui ont rencontré le Premier ministre actuel Li Keqiang.

Encore aujourd'hui, un rapport de l'événement apparaît le site, rappelant que de telles méthodes sont nécessaires pour exécuter une ONG bien en Chine.

Pour Wu Zunyou, directeur du Centre national pour le contrôle et la prévention du VIH et des MST, ces groupes peuvent intervenir pour une plus grande efficacité dans le travail de contrôle de l'épidémie parmi les groupes les plus vulnérables comme les homosexuels.

>> China’s competition with U.S. industry has triggered allegations of corporate espionage targeting U.S. solar energy giants and attempts by a business tycoon to reinvent Hollywood in a northeastern Chinese city. And by some indicators, the People’s Republic has invented a gay hook-up smartphone application more popular than its U.S. competitor.

China’s homegrown gay matchmaking app Blued has 15 million users, according to one of the company’s staff members, who asked to remain anonymous because he was not authorized to speak to the media. News of the growth of Blued’s user base comes after the company was recently buoyed by a $30 million investment obtained through Silicon Valley venture capital firm DCM.

Both developments serve as a reminder of the might of China’s gay market, which Blued founder and CEO Geng Le estimates is about 13 million men strong. 

“He’s right next to you,” reads the slogan on the company’s website.

Blued’s top competitor, Grindr — the popular U.S.-based gay matchmaking app with arguably broader international name recognition — has had 10 million user downloads since it launched in March 2009, more than three years before Blued. Both services employ GPS to locate the nearest users, featuring profile pictures and cursory details on their appearance and preferences.

The lion’s share of Blued users are based domestically, and with as vast a population as China’s, the Chinese-language app appears not to need to internationalize its brand in order to succeed. 

“We are the first in the industry, using a number of indicators, including activity,” the Blued staff member said.

Less than a year ago, Geng told Al Jazeera that he aimed to surpass Grindr’s user base. He said then that there were 2 million Blued users in China and just a few thousand abroad. Since then, Blued — which Geng said has received support from the Chinese government in attempts to spread information to combat HIV/AIDS — has garnered some 10 million more domestic users, with 3 million Blued users abroad, the staff member said Tuesday.

In December 2013, just over a year after it launched, Blued was popular mostly in China’s second-tier cities but has since grown in prominence in the nation’s three largest cities — Beijing, Shanghai and Guangzhou — according to the company’s statistics.

Al Jazeera was unable to independently verify the number of Blued users at the time of publication. Geng was ill, his colleague said, and not immediately available for an interview.

le Quotidien du Peuple en ligne