Hommage. La Police Nationale et la Police Municipale endeuillées

#JeSuisCharlie #JeSuisAhmed #JeSuisFranck #JeSuisClarissa #JeSuisFlic

Condoléances aux familles : Pensées émues pour vos morts et vos blessés, qui sont nos morts et nos blessés 🙁

Ahmed Merabet n'a pas simplement été tué, il a été abattu de sang-froid. Lors de leur fuite, les terroristes qui venaient de semer la mort dans les locaux de Charlie Hebdo ont fait une dernière victime. En pleine rue, cette fois, c'est un policier de 42 ans patrouillant à vélo boulevard Richard-Lenoir qui a été pris pour cible. Après un échange de coups de feu avec les deux agresseurs, le fonctionnaire de police s'est effondré, sérieusement blessé, avant de voir l'un des hommes en noir s'avancer vers lui et l'achever d'une balle dans la tête. Quelques minutes auparavant, un autre gardien de la paix, Franck Brinsolaro, qui assurait la sécurité de Charb, venait de tomber sous les balles des mêmes individus.
Originaire d'Algérie, le fonctionnaire de police était "passionné par son métier", selon des témoignages recueillis par Paris Match, et venait de réussir la qualification d'officier de police judiciaire. Selon Rocco Contento, le secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police interrogé par Le Figaro, "c'était quelqu'un de très discret, de consciencieux. Nous sommes tous extrêmement choqués".

Franck Brinsolaro, 49 ans, était membre du SDLPP (Service de protection des personnes). Il assurait la protection du dessinateur Charb (Stéphane Charbonnier) au sein de la rédaction de Charlie Hebdo. Il a été abattu lors de la conférence de rédaction. Il venait de se marier à la rédactrice en chef de L'Eveil Normand. Il était père de deux enfants. Charb était en permanence accompagné de deux policiers (quatre policiers se relayaient). Le matin de l'attaque, trois patrouilles avaient eu lieu aux abords du siège du journal satirique, explique le quotidien Le Monde.

Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, assassinée jeudi au sud de Paris, était du quartier Derrière Morne à Sainte-Marie (Martinique). Elle venait de passer les fêtes de Noël avec sa famille sur l’île et s’apprêtait à être titulariser en tant que policière municipale à Montrouge.
"Quand j'ai entendu l'information jeudi matin à la télévision, je me suis dit pourvu que ce ne soit pas ma petite Clarissa", a déclaré Marie Georges Chéry, la grand-mère de la policière. "Et peu de temps après, nous avons appris du fiancé de Clarissa que c'était elle la policière tuée à Montrouge", a-t-elle poursuivi dans un sanglot, avouant qu'elle avait alors fait un malaise. La jeune femme était revenue en métropole le 27 décembre après 3 semaines auprès de sa famille pour fêter Noël.

A la mission locale Nord Martinique à Sainte Marie, où son nom figure encore dans les fichiers, on se souvient d'elle. "Clarissa était une jeune fille très motivée, très enthousiaste et désireuse de réussir", a confié à l'AFP un responsable de la mission qui l'avait accueillie en formation en 2008. C'est après sa formation d'agent de sécurité et de sûreté que Clarissa était partie pour la métropole en 2013 avant de rejoindre la police municipale comme stagiaire. Elle devait être titularisée lundi 12 janvier. Plusieurs membres de sa famille devaient quitter Fort-de-France jeudi soir, pour venir à Montrouge où habitait Clarissa.

>> Le Message de Mickaël Bucheron, Président de Flag !

Chers adhérents, chers collègues,

Ce mercredi 7 janvier et jeudi 8 janvier 2015, la Police Nationale, la Police Municipale et à travers les journalistes de Charlie Hebdo, notre Démocratie, ont été frappées en son coeur avec une violence inouïe.

Flag ! exprime sa plus grande consternation et sa vive émotion après l’attaque menée contre le journal Charlie Hebdo et durant laquelle, des journalistes, des policiers et des civils ont été abattus.

Flag ! est également sidéré après l’assassinat le lendemain d’une policière municipale à Montrouge et ne trouve plus de mots pour dénoncer ces actes successifs d’horreurs, inqualifiables.

A travers ces crimes, ce sont la République et nos valeurs de liberté et démocratiques, qui sont visées. Les Policiers et Gendarmes sont leur dernier rempart et continuera à les défendre corps et âme.

Flag ! adresse ses sincères condoléances à leurs familles et leurs collègues et les soutient dans cette douloureuse épreuve.

Avec émotion et au nom du conseil d’administration, je vous fait part de ma totale solidarité et vous invite évidemment à la plus grande vigilance sur le terrain.

Les Policiers et les Gendarmes resteront debout.

Amitiés.

0 réponses

  1. […] de son discours, l'observation d'une minute de silence une minute de silence à la mémoire des trois policiers assassinés lors des attentats de ce début d'année […]

  2. […] de son discours, l'observation d'une minute de silence une minute de silence à la mémoire des trois policiers assassinés lors des attentats de ce début d'année […]