A l’université d’été de LMPT, on compare les militants LGBT aux djihadistes de l’EI

A l’université d’été de LMPT, on compare les militants LGBT aux djihadistes de l’EI

Après Vincennes en 2013 et Palavas-les-Flots l'an dernier, La Manif Pour Tous tenait ce week-end sa 3e université d'été sur la presqu’île de Quiberon. Quelque 250 participants, sous une grande tente érigée au milieu d’un camping, pour « donner à comprendre les mutations qui préoccupent le mouvement » : l’abrogation de la loi Taubira !

« Nous voulons un retour au mariage homme-femme et à la filiation père-mère-enfant », a lancé dimanche Ludovine de La Rochère, la présidente, sous les hourras des militants, prenant un plaisir visible à scander les slogans des manifestations de 2013, « on ne lâche rien », « jamais, jamais, jamais... »

Et, parmi les intervenants, Jean-Pier Delaume-Myard, porte-parole de LMPT (auteur de "Homo contre le Mariage gay"), qui ce dimanche, a appelé à combattre « le Daech [Etat islamique] de la pensée unique » que représenterait selon lui le « lobby gay ». Le public a applaudi à tout rompre, rapporte une journaliste du quotidien Le Monde présente sur place. Ludovine de La Rochère a condamné plus tard la comparaison, mais l’intéressé ne s'est pas excusé !

CPMPFoxWsAAWMjv.jpg_largeContacté par Metronews, le porte-parole a tenté un rétropédalage : « C’était les Journées européennes du patrimoine et j’avais en tête la destruction de Palmyre d’où mon parallèle avec le lobby gay et la destruction de la famille ». Jean-Pier Delaume-Myard concédait alors des « propos maladroit » et un « dérapage malheureux ». La présidente de LMPT ne considère pas pour l'heure sanctionner son porte-parole dont elle dit "comprendre le raisonnement » mais condamner l'expression.

Nous pouvons donc désormais absolument le confirmer : ces gens sont dangereux ! Incroyable que les pouvoirs publics puissent encore autoriser ce genre de rassemblement sous couvert de la liberté d'expression. Ce n'est pas à nous, en tant qu'associations, d'engager à chaque fois des procédures.

Le collectif antifasciste « Breizh Antifa » n'a pas manqué de manifester son opinion : « La Bretagne n’est pas une résidence secondaire pour bourgeois homophobes. Cassez-vous ! »

« L’important, c’est d’être sur les caméras » !? Ça résume assez bien la véritable conviction des dirigeants du mouvement : le vedettariat !

Si la chef de file du mouvement assure être en mesure de convoquer de « fortes mobilisations », cela n’a pas été le cas depuis octobre 2014. En dehors des interventions en séance plénière, des ateliers thématiques ont d’ailleurs laissé transparaître la préoccupation d’un mouvement qui veut s’inscrire dans la durée. « Un des buts de l’université d’été, c’est de savoir comment on continue », confirme Laurence Hermann, 58 ans et présidente de la fédération du Morbihan des associations familiales catholiques.

Ainsi lors de l’atelier consacré aux réseaux sociaux, Eloi et Gonzague divulguaient des conseils pour gérer les comptes Twitter et Facebook et « faire le buzz ». A l’atelier « monter des événements », la discussion tournait autour de la façon de se mobiliser lors de visites ministérielles en région : « On est quinze mais l’important, c’est d’être sur les caméras pour que les gens voient qu’on est toujours là », partageait un militant.

Pour Ludovine de La Rochère, les échéances électorales à venir doivent être le nouvel horizon : « Nous sommes à vingt mois d’une alternance qui devra être l’occasion d’un renouvellement complet de la politique de la famille », a t-elle plaidé.

54% des Français seraient «opposés au mariage pour tous»

Ce jeudi, c'était Frigide Barjot, en manque de buzz qui revenait sur la scène avec un sondage, dit confidentiel, réalisé par l'Ifop et publié par Valeurs actuelles, dont ni la méthodologie ni l'échantillon n'ont été précisés, note Francetv info.
La question posée aux sondés : savoir s'ils souhaitaient « conserver la loi Taubira sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels avec reconnaissance à l'état civil des enfants conçus à l'étranger d'une mère porteuse (GPA) ou par insémination artificielle (PMA avec donneur anonyme) ».
Sauf que la loi votée en 2013 ne mentionne ni la GPA ni la PMA, et que ces deux pratiques restent interdites en France. Le libellé en question est donc plus que trompeur, puisqu'il laisse penser que ces deux pratiques seraient la conséquence directe de la loi en question.

Il semble donc que rien ne soit définitivement acquis. Nous devons rester mobilisés, et nous avons besoin de vous : Adhérez, soutenez l'association. Donnez-nous les moyens. En faisant savoir à tous que les actes homophobes ne resteront pas impunis et que nous les poursuivrons jusque devant les tribunaux, nous faisons un premier pas vers la protection de potentielles victimes !